Quand une essence renouvelable alimente une Audi pour un tour de piste

0

C’est une innovation majeure qui vient allonger une liste déjà bien garnie. En effet, le géant français Global Bioenergies et l’allemand Audi ont uni leurs efforts afin de réaliser les essais d’une voiture alimentée par de l’essence renouvelable. Le test réussi a eu lieu 5 avril 2018. Au cours de ces essais, l’Audi A4 2.0 TFSI alimentée à 34% par de l’essence renouvelable a parcouru l’anneau de vitesse de l’autodrome de Montlhéry.

Cette essence renouvelable est fabriquée par l’entreprise française Global Bioenergies, spécialisée dans la conversion de ressources renouvelables en hydrocarbures par fermentation. La voiture fonctionne grâce à un mélange de dérivés d’isobutène : « l’isooctane, obtenu par la condensation de deux molécules d’isobutène suivie d’une hydrogénation, et l’ETBE, obtenu par la condensation d’isobutène et d’éthanol », explique Global Bioenergies.

« Ces deux composés sont des additifs hautes performances (indice d’octane élevé égal ou supérieur à 100) jusqu’alors produits à partir de pétrole fossile », ajoute le communiqué publié le 5 avril de l’année en cours. Mais l’entreprise arrive à produire les mêmes composés à partir de matières premières renouvelables : « des sucres de qualité industrielle, de la paille, du bois résiduel, voire même du gaz de synthèse. »

Un mélange adapté aux moteurs actuels

Ce mélange est conforme à la norme EN 228 définissant la qualité des carburants en Europe. Il est donc « d’ores et déjà autorisé à la vente pour toutes les voitures essences, sans précaution particulière », explique Global Bioenergies.

L’entreprise allemande des essais moteurs FEV a testé l’adaptabilité des mélanges sur le moteur mono-cylindre de la voiture. Selon le Dr Johannes Scharf, Vice-Président des motorisations essence chez FEV Europe GmbH, « l’ETBE et l’isooctane sont connus pour être des composants très performants, et les résultats obtenus se sont avérés de manière générale conformes aux attentes. » Il souligne que « les propriétés des composés ajoutés pourraient suggérer des réductions d’émissions de particules ». Comme l’indique Global Bioenergies, « cet événement marque le lancement de la nouvelle phase de préparation commerciale : les essais sur route sur véhicules de série. »

Assez innovant en matière de carburant vert, le constructeur automobile Audi a installé en 2010 leur première usine industrielle « power-to-gas », qui produit du méthane de synthèse décarboné à partir de dioxyde de carbone (CO2) et d’hydrogène vert. Cette usine située à Werlte (Basse-Saxe, en Allemagne) permet de compenser les émissions de CO2 de 1 500 modèles d’Audi g-tron parcourant 15 000 kilomètres par an, explique le constructeur.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here