Komlan Batawila invite le Togo à développer un parc éolien de 25 mégawatts

0

Le professeur Komlan Batawila, biologiste et spécialiste des interactions entre l’homme et la flore à l’Université de Lomé a soutenu que le Togo devrait développer un parc éolien de 25 Mégawatts (Mw) afin de faire face aux défis énergétiques de l’heure. A en croire M. Batawila, les énergies traditionnelles, notamment fossiles, compromettent l’équilibre climatique de la planète.

L’universitaire s’exprimait au cours d’un atelier régional sur les « défis de l’énergie renouvelable en Afrique de l’Ouest », organisé par l’Université de Lomé, en collaboration avec le Centre ouest africain sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (Wascal).

L’Université de Lomé (Ul) entend ainsi contribuer à la mise en place d’un programme de recherche-action sur les énergies renouvelables, autant au Togo que dans la sous-région. Pour le 1er  vice-président de l’Ul, Komlan Batawila, il est désormais question pour les Etats d’intensifier leurs efforts dans le développement des énergies renouvelables. Les conditions sont en effet favorables, avec un important taux d’ensoleillement évalué entre 5 et 7 Kwh par mètre carré et par jour et de grands espaces et courants d’air marin propices au développement des éoliennes.

C’est à cet effet que le responsable de l’Ul a souhaité que le Togo réactive un projet de parc éolien de 25 mégawatts, datant de 2012. Présent à cet atelier, Christoph Roveekamp, expert du ministère allemand de l’Education et de la Recherche (Bmbf) a aussitôt montré la disponibilité de son pays, à accompagner le Togo dans sa quête de plus d’énergies alternatives.

D’après M. Batawila, en visant le développement d’un parc éolien de 25 mégawatts, l’Etat remplirait en grande partie son engagement pris en 2012, de réduire la production de CO2 dans son plan énergétique. Constatant que, malgré l’existence de vastes espaces et de courants d’air marin propices au développement des éoliennes, le Togo ne dispose pas d’un parc éolien de référence.

Notons tout de même que le pays a pris depuis un certain temps, une sérieuse option pour les énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire. A titre d’illustration, on citera le programme présidentiel CI-ZO. Dans le même registre, le pays a bénéficié d’un financement indien de  40 millions de dollars au terme de sa participation à la 1ère conférence de l’Alliance Solaire Internationale (Asi) tenue cette année à New Delhi en Inde. L’objectif est de permettre au Togo de développer un projet d’électrification rurale par kits solaires photovoltaïques.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here