Une bonne pluviométrie, socle de la croissance économique du Sénégal

0

Julio Ricardo, l’économiste principal du bureau de la Banque mondiale Sénégal a indiqué mercredi 18 avril 2018 que « les perspectives de croissance du pays (Sénégal) sont assez bonnes ». Cette croissance économique s’explique, selon le responsable de la Banque mondiale par la « chance » qu’a le Sénégal  d’avoir un bon climat et une bonne pluviométrie ces dernières années.

A l’en croire, ces conditions vont permettre le développement de l’agriculture, qui absorbe « autour de 45% des jeunes qui travaillent dans le pays ». Poursuivant ses déclarations, M. Loayza soutient que ces facteurs précités pourraient être favorisés grâce à « une baisse du prix des produits énergétiques, même si celui du pétrole connait une hausse depuis septembre 2017 ».

Ricardo Loayza qui s’exprimait lors de la présentation du rapport semestriel de l’état des économies africaines réalisé par la Banque mondiale relève : « cette croissance économique est au-dessus des 6% depuis 2015 et d’après les chiffres révisés du gouvernement, le pays devrait atteindre les 7% pour 2017. Ce chiffre devrait rester intact pour les prochaines années », rassure le responsable de Bretton Woods.

Poursuivant, l’économiste a indiqué que cette croissance sera possible grâce au « robuste cadre macro-économique » du pays qui limite l’inflation, stabilise le taux de change et réduit considérablement le déséquilibre budgétaire et externe.

L’autre facteur stimulateur, a insisté Ricardo Loayza, serait la stabilité politique et sociale dont jouit le Sénégal, et à laquelle on peut ajouter les réformes qui cherchent à ce que les capitaux privés réagissent et accompagnent l’effort publique. Car « on ne peut pas avoir une croissance à long terme seulement avec l’investissement public », a-t-il encore dit.

En outre, le rapport de la Banque Mondiale sur les économies africaines, publié mercredi 18 avril de l’année en cours table sur une croissance de 3,1% en 2018 et 3,6% en moyenne sur 2019-2020 pour l’ensemble de la zone Afrique subsaharienne.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here