Patrick Pouyanné, PDG de Total liste ses priorités

0

Le Président directeur général (Pdg) de Total a dévoilé les priorités du géant pétrolier français consistant à la fois à tenir compte du réchauffement climatique et fournir toujours plus d’énergie à la population de la planète. Patrick Pouyanné s’exprimait lors du sommet international du pétrole de Paris.

Total doit à la fois tenir compte des mutations imposées par les risques du changement climatique, tout en continuant à fournir toujours plus d’énergie à une population grandissante. Même si l’on utilise plus efficacement chaque baril dans les moteurs, c’est la fameuse efficacité énergétique qui agira selon Patrick Pouyanné plus vite que l’essor du véhicule électrique, la consommation du pétrole sera en 2040 au moins aussi importante qu’aujourd’hui.

D’où les investissements que Total a multiplié au cours des trois dernières années. C’était le bon moment, le prix des actifs était bas. Le choix s’est avant tout porté là où le baril coûte le moins cher à produire, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, d’Abu Dhabi à la Libye tout récemment. Mais aussi sur les pré-salifères en eau profondes du Brésil, rentables lorsque les réserves sont très grandes. L’Afrique subsaharienne, également, de l’Angola à l’Ouganda en passant par le Nigeria. Enfin la mer du Nord, avec l’acquisition de Maersk Oil.

Une croissance de 5 % par an de la production de Total pendant cinq ans. De quoi la porter à 3 millions de barils par jour d’ici 2019-2020.

La diversification est l’autre axe stratégique de Total. Diversification de l’amont à l’aval, raffinage et pétrochimie, pour capter les marges quand les cours sont faibles. Diversification du solaire au gaz, moins polluant. Total va racheter tous les actifs européens d’Engie dans le GNL. Le géant français du pétrole est aussi désormais le troisième fournisseur d’électricité en France puisqu’il vient de racheter Direct Energie.

Le baril vaut aujourd’hui 74 dollars, contre 42 l’an dernier. Une bonne nouvelle pour Total. Qui aurait pu prédire une telle remontée des prix ? Personne, a reconnu Patrick Pouyanné. L’action conjointe Opep-Russie a porté ses fruits, les désordres géopolitiques ont accéléré la hausse. Mais, attention, cette volatilité est dangereuse, avertit le patron du groupe français. Les prix bas avaient beaucoup dopé la consommation du pétrole et la croissance, il ne faut pas sous-estimer l’impact d’un pétrole près de deux fois plus cher.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here