Infractions forestières : les officiers de police judiciaire ivoiriens capacités

0

Les agents en charge de la constatation et de la poursuite des infractions dans les forêts participent du mardi 24 au vendredi 27 avril 2018 dans ville de Guiglo à un atelier de renforcement des capacités sur les procédures liées aux infractions forestières et les réglementations transfrontalières en matière de gestion des ressources naturelles afin de contribuer à une meilleure conservation des ressources forestières.

A en croire les initiateurs de cet atelier, il s’agit notamment des officiers de police judiciaire, dont les agents assermentés de la Société de développement des forêts (Sodefor), de l’Office ivoirien des parcs et réserves (Oipr) et de la Direction départementale des Eaux et Forêts  qui mettront à profit ces quatre jours de réflexion pour mieux maîtriser l’arsenal juridique applicable à la flore et à la faune en Côte d’Ivoire (Ndlr : droit forestier national et international).

En termes clairs, ceux-ci feront connaissance avec les règles de procédure judiciaire et pénale qui s’appliquent aux infractions forestières et il leur sera présenté les Droits et obligations des Officiers de police judiciaire (Opj) et des modèles d’élaboration de procès-verbal de constatation d’infractions forestières, en vue de promouvoir les bonnes pratiques de constations des infractions en termes de GAV, Saisies, Perquisitions et la constitution des preuves. Cet atelier constitue en effet, une véritable plateforme de partage d’expériences sur les problématiques de mise en œuvre de la répression forestière.

Animé par les magistrats de la section du tribunal de Guiglo, ce séminaire s’inscrit dans la volonté de la Fondation des chimpanzés sauvages (Wcf) de faire converger l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus de répression des infractions forestières, notamment les magistrats, gendarmes, agents des eaux et forêts et Forces Armées de Côte d’Ivoire vers une compréhension commune de l’application de la loi et du rôle et des responsabilités de chacun.

Il constitue une importante étape du projet de conservation « Renforcement de la gestion multipartite du paysage forestier transfrontalier de Taï-Grebo-Krahn-Sapo » financé par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), à travers le programme West african biodiversity and climate change (Wa Bicc).

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here