Côte d’Ivoire : les capacités de la société civile et des PME forestières renforcées

0

Les connaissances des acteurs de la société civile et des Petites et moyennes entreprises (Pme) forestières de la Côte d’Ivoire ont été renforcées lors d’un un atelier visant à renforcer leurs capacités sur l’Observation indépendante des forêts (Oif) à Yamoussoukro. Cette rencontre qui est initiée par le Groupe national de travail pour la gestion durable des forêts et la certification forestière en Côte d’Ivoire (Gnt-Ci) a réuni depuis lundi 23 avril 2018 à Yamoussoukro, les membres de la société civile et des Petites et moyennes entreprises forestières en vue de leur implication et contribution à la bonne gestion de la forêt.

La rencontre organisée en collaboration avec la coordination internationale de la Fondation Tropenbos international, s’inscrit dans le cadre du projet de renforcement des capacités des acteurs non-étatiques à améliorer les processus APV-FLEGT et REDD+ en Afrique de l’Ouest, volet Côte d’Ivoire, mise en œuvre par le groupe national de travail pour la gestion durable des forêts et la certification forestière en Côte d’Ivoire (Gnt-Ci) et financé par l’Union européenne.

« Les activités vont tenir compte désormais des observations extérieures, de la société civile et acteurs privés du secteur du bois qui doivent être informés de ce qui est en cours, pour qu’ils ne perçoivent pas la nouvelle méthode de gestion de forêt comme un frein à l’exercice de leur métier », a fait savoir le coordinateur APV-FLEGT et REDD+ en Afrique de l’Ouest- volet Côte d’Ivoire, Hilaire Yaokokoré-Béibro lors de l’ouverture des travaux de l’atelier qui a vu la participation des ONG, de la société civile, des communautés, du secteur privé du bois, des Pme forestières interlocuteurs principaux, et les associations de femmes. L’atelier est axé sur l’observation indépendante, un outil nouveau dans la gestion durable de la forêt.

M. Yaokokoré-Béibro a en outre indiqué que le secteur privé se doit de collaborer ainsi que tous les acteurs, particulièrement ceux de l’intérieur du pays, pour comprendre les enjeux, et fassent des plaidoyers de sorte que leur point de vue soit pris en compte afin que les décisions qui seront prises aient une aura nationale.

L’atelier de renforcement des capacités en observation indépendante des forêts (Oif) a pour objectif de renforcer les acquis et connaissances des participants sur la pratique de l’Oif. Il s’agira d’échanger au niveau national en matière d’Oif. L’atelier prend fin mercredi 25 avril 2018. Il sera suivi jeudi, à Abidjan d’une journée nationale sur l’Oif, qui précédera la grande rencontre d’échanges d’expériences avec le GIZ.

Débutés en 2011, les Accords de partenariat volontaires (Apv) sont un des éléments du Plan d’action de l’Union européenne relatif à l’application des réglementations Forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux (Flegt) visant à enrayer l’exploitation forestière illégale. Le projet de « Renforcement des capacités des acteurs non-étatiques à améliorer les processus APV-FLEGT et REDD+ en Afrique de l’Ouest, démarré en 2017, va durer quatre ans.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here