Seydi Gassama plaide pour un code pétrolier inclusif au Sénégal

0

Seydi Gassama, le représentant de l’ONG Transparency International au Sénégal a plaidé jeudi 3 mai 2018 à Dakar pour un processus inclusif dans le cadre de l’élaboration du code pétrolier.

« Nous demandons solennellement au ministre en charge du Pétrole de faire en sorte que le même processus inclusif qui avait eu lieu dans l’élaboration du code minier soit reconduit » dans le cadre de l’élaboration du code pétrolier, a-t-il dit.

Gassama intervenait lors d’un atelier national de sensibilisation sur la divulgation de la propriété réelle des entreprises minières, pétrolières et gazières organisé par le Comité national de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives du Sénégal (Cn-Itie)

Si le pays veut avoir un code consensuel, reconnu sur le plan international et non critiqué par la société civile, il y a lieu d’avoir un processus inclusif, a plaidé le représentant de Transparency International.

Le code minier du Sénégal est « l’un des meilleurs » en Afrique, a dit M. Gassama, estimant qu’il est « impérieux de ne pas rompre » le processus inclusif qui devrait conduire le pays vers « un code pétrolier consensuel ».

« Nous soutenons ce processus de divulgation de la propriété réelle dans la mesure où, il permet de lutter contre la corruption et l’évasion fiscale », a-t-il ajouté.

La société civile attend des entreprises minières de la transparence, car les mines peuvent être, selon, lui, « une bénédiction ou une malédiction pour un pays si elles sont mal gérées ».

« Notre rôle est de veiller à ce que l’Etat se conforme dans cette exigence, mais aussi que les sociétés minières jouent le jeu », a soutenu M. Gassama.

Pour sa part, le représentant de la Chambre des mines, Abdoul Aziz Sy, a salué le rôle du comité national de l’Itie depuis l’adhésion du Sénégal à cette norme internationale.

Au-delà de l’obligation de se conformer à l’exigence 2.5 de la norme de l’Itie 2016, il est dans l’intérêt des entreprises extractives de porter à la connaissance du public leurs véritables propriétaires, a-t-il souligné.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here