La Côte d’Ivoire veut mettre fin à la contrebande des produits agricoles

0

L’économie nationale ivoirienne est extrêmement menacée à cause de l’exportation illicite des produits agricoles et la fraude en matière de commercialisation de ces produits. Pour mettre fin à ce fléau, la Côte d’ivoire a renforcé son arsenal juridique afin de lutter contre la contrebande de ces produits, notamment le cacao et la noix de cajou, qui font l’objet de spéculations, a annoncé jeudi 3 mai 2018 le porte-parole du gouvernement Bruno Koné.

« Quiconque se livre, sans agrément, à l’achat, à la vente, au stockage, à l’écoulement ou à la distribution hors des frontières nationales, de produits agricoles, notamment le cacao, le café, le coton, l’anacarde et l’hévéa, risque une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans et une amende pouvant atteindre 50 millions de francs CFA, sans préjudice de la confiscation des produits et des moyens de transport ayant servi à commettre l’infraction ».

C’est ce que révèle le communiqué du conseil des ministres du jeudi 03 mai 2018 qui a adopté une ordonnance portant répression de la commercialisation et de l’exportation illicites des produits agricoles soumis à agrément ainsi que son projet de loi de ratification.

« Il s’agit de protéger l’économie ivoirienne, de permettre à notre économie de transformer » les produits agricoles, a estimé M. Koné, soulignant que les lois en vigueur jusqu’ici n’étaient pas « suffisamment dissuasives ».

Bruno Koné a averti par la même occasion que l’ordonnance prévoit ces sanctions particulièrement sévères en vue de juguler ces fléaux.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here