Pour booster son tourisme, la Tanzanie va créer 5 nouveaux parcs dans le sud du pays

0

Il s’agit de cinq réserves à gibier que le gouvernement a décidé de transformer en parcs pour attirer davantage de touristes dans le sud de la Tanzanie. C’est l’une des actions concrètes du projet Regrow, mis en place par les autorités pour développer encore le secteur du tourisme au sud du pays.

Les réserves à gibier qui vont se transformer en parcs sont : Kibisi, Biharamulo, Burigi, Ibanda et Rumanyika. Tous ces sites sont situés sur l’itinéraire touristique qui mène du sud du pays aux lacs Tanganyika et Victoria (les deux plus grands lacs du continent africain), deux sites très fréquentés par les visiteurs occidentaux. Dans la région, les touristes partent filmer les gorilles au sud du Rwanda, ou en Ouaganda et s’arrêtent dans la plaine du Serengeti pour observer les gnous avant de continuer vers les lacs du nord Victoria. Alors, pour rentrer à Dar es Salam, ils descendent ensuite vers le Sud en passant à proximité des nouveaux parcs. C’est ce qu’on appelle le « Circuit du sud » (le chemin vers le sud).

Or ce sont justement les touristes qui sont dans la ligne de mire des autorités, qui veulent accroître la manne financière que ces derniers rapportent chaque année au pays : 17,5 % du produit intérieur brut de la Tanzanie en 2017, selon Jumanne Maghembe, le ministre des Ressources naturelles et du Tourisme.

La mise en place de ces 5 parcs s’explique également par le dynamisme du secteur ces dernières années en Tanzanie. En 2017, plus de 1,2 million de touristes ont foulé le sol tanzanien et ont apporté 2 milliards de dollars à l’économie, selon le ministère des Ressources naturelles et du Tourisme.

Un plus pour le potentiel touristique du pays
La création de 5 nouveaux parcs portera à 60 000 km2 la superficie totale des parcs nationaux tanzaniens contre 56 000 km2 actuellement. Ces nouveaux parcs s’ajouteront aux 16 parcs nationaux existants, ce qui fera de la Tanzanie la deuxième destination touristique en Afrique à posséder et à gérer autant de parcs nationaux après l’Afrique du Sud, qui dispose elle de 22 parcs touristiques protégés.

« Nous ciblons maintenant les parcs situés à l’extérieur du corridor touristique du nord pour le développement, le marketing et la promotion, afin d’attirer plus de touristes », a expliqué Allan Kijazi, le directeur général des parcs nationaux de la Tanzanie. Concrètement, il s’agit d’attirer les touristes davantage vers le sud du pays. C’est d’ailleurs l’un des objectifs du projet de gestion résiliente des ressources naturelles pour le tourisme et la croissance (Regrow).

Le projet Regrow valorise le sud du pays
On assiste ainsi à une véritable politique de valorisation des ressources naturelles mise en place par le gouvernement en matière de tourisme. Le projet Regrow a pour principal objectif de renforcer la gestion des airs protégés et de promouvoir le tourisme dans le sud en Tanzanie. Sur place, on appelle cela le « Southern Circuit ». Une politique ambitieuse, aussi bien pour l’économie nationale que le développement local et qui a reçu le soutien financier de la Banque mondiale à travers l’Association internationale de développement (IDA), en décembre 2017. D’un montant de 150 millions de dollars, cette somme, ajoutée à celle débloquée par le gouvernement, permettra la mise en place du projet dont les manifestations sont déjà visibles notamment avec la décision de convertir 5 réserves de gibiers en parcs.

Actuellement, la Tanzanie compte 4 zones touristiques – les circuits nord, est, sud et ouest. Seul le circuit nord-est entièrement développé avec des installations touristiques clés : le parc national du Serengeti, le mont Kilimandjaro… qui attirent chaque année la plupart des touristes. (Jean Marie Takouleu – afrik21)

Laisser un commentaire