Le secteur minier sénégalais «a perdu 80 milliards FCFA», dixit Ousmane Cissé

0

Le Directeur des mines et de la géologie, Ousmane Cissé a soutenu que le secteur minier sénégalais est confronté à de gros problème, lui faisant perdre 4,3 tonnes d’or, soit 80 milliards de francs CFA. M. Cissé s’exprimait mardi à Dakar 17 juillet 2018 lors de l’atelier de restitution des études diagnostiques sur le secteur minier dans la région de Kédougou.

D’après l’expert minier, « 60% des travailleurs du secteur de l’orpaillage sont des étrangers. Ces derniers manipulent des sommes assez importantes parce que la production de l’or notée dans cette région pendant l’année précédente tourne autour de 4,3 tonnes soit 80 milliards de francs CFA. Sur les 4,3 tonnes d’or, seuls 3,9 tonnes font l’objet d’une exploitation à petite échelle et les 360 Kg sont exploités de façon artisanale par ces populations locales », a-t-il précisé.

Ajoutant qu’« aucune taxe n’est prélevée, aucune redevance n’est appliquée sur cette production. Une redevance minière autour de 3% soit 2 milliards 500 millions devraient être reversés à l’État du Sénégal. Ces acteurs qui sont dans le secteur informel exploitent l’or dans le sous-sol sans  contrepartie reversée à l’État. Ce flux financier estimé à 80 milliards est entre les mains de groupe d’associations qui ne contribuent pas au développement économique local. Cela cause un sérieux problème », déplore-t-il.

Si l’on se fie à Ousmane Cissé, « c’est dans ce cadre que des mesures ont été prises pour organiser le secteur dans un sens de définition de couloir d’orpaillage mais également de délivrer des cartes d’identification de ses orpailleurs », a noté l’expert minier qui note que les difficultés dans la maîtrise du secteur ont été constatées, surtout celle liées « aux mouvements des flux migratoires », qui « constituent un enjeu important en matière de sécurité. Car, dit-il, l’orpaillage constitue une fragilité par rapport à notre système de sécurité ».

De l’avis de Ousmane Cissé « des innovations majeurs ont été introduites dans le secteur d’orpaillage en définissant des couloirs d’orpaillage et en apportant des instruments et des techniques modernes pour les accompagner.

La récente étude qui a été menée dans le secteur de l’orpaillage révèle qu’environ 31 mille personnes travaillent dans le secteur minier. 80% de ces travailleurs sont des hommes et les 20%, des femmes. Ils sont âgés entre 24 et 35 ans. 73% d’entre eux sont constitués de jeunes de moins de 35 ans et 0,5% de cette population sont âgés de moins de 15 ans.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here