4 300 tonnes de vivres de la CEDEAO pour soutenir les populations Burkinabés

0

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’immisce dans la lutte contre la famine au Burkina Faso. L’organisme sous-régional, à travers sa réserve régionale de sécurité alimentaire, octroyé aux autorités du pays 4 303 tonnes de produits vivriers destinés aux populations en difficulté alimentaire, a annoncé samedi 11 août 2018 l’institution communautaire. Qui précise dans le détail que ces produits vivriers sont composés de 2 053 tonnes de maïs, 1 000 tonnes de sorgho, 1 000 tonnes de mil et 250 tonnes de riz local.

La cérémonie de remise des vivres s’est déroulée, le jeudi 9 août 2018, à Dédougou, une localité située à environ 250 km de Ouagadougou, la capitale burkinabé. Ces vivres sont entièrement entreposés à Dédougou, dans les magasins de la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (Sonagess). Leur suivi est d’ailleurs assuré par cette structure depuis leur entrée dans ses magasins.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, représentant le Premier ministre burkinabé, Paul Kaba Thiéba, s’est réjoui lors de cet événement, de l’assistance de la Cedeao à son pays. «C’est donc avec soulagement que le Burkina Faso accueille l’assistance alimentaire de la Cedeao, dont la présente cérémonie consacre la remise officielle pour son utilisation au profit de nos populations en situation de difficulté alimentaire», a déclaré M. Ouédraogo.

Il a exprimé sa reconnaissance à la Cedeao pour sa réponse favorable à la requête du Burkina Faso, et indiqué que les vivres seront remis aux populations vulnérables. « Je voudrais rassurer l’institution régionale, que les départements en charge des questions de sécurité alimentaire concernés ne manageront aucun effort pour mettre ces vivres à la disposition des bénéficiaires. Aussi des dispositions idoines sont- elles prises pour la reconstitution de la réserve conformément aux conditions de remboursement », a-t-il promis.

En attendant ce remboursement, la vente des vivres à prix subventionné aux populations vulnérables a immédiatement démarré après leur remise officielle aux autorités burkinabè ; et un document d’entente Cedeao-Burkina Faso dans le cadre de la présente remise des vivres a été signé par les deux parties.

Le remboursement, grain pour grain, des céréales mises à la disposition du Burkina Faso, a d’ailleurs été rappelé par le Commissaire de l’agriculture, de l’environnement et des ressources en eau de la Commission de la Cedeao, Sékou Sangaré, représentant le président de ladite Commission, Jean-Claude Kassi Brou.

Il a souligné que la remise de ces céréales est l’expression de la solidarité de l’ensemble des institutions communautaires à l’égard du Burkina Faso, en cette période de soudure où une partie significative de sa population traverse une situation alimentaire difficile.

Pour lui, cette situation, qui est la conséquence d’un déficit pluviométrique 2017/2018, ainsi que des attaques des cultures vivrières par des nuisibles comme la chenille légionnaire et les oiseaux granivores ; est aggravée par une situation sécuritaire contraignante.

Selon M. Sangaré, les vivres mis à la disposition du gouvernement burkinabè viennent en appoint des deux premiers niveaux d’interventions que sont les stocks communautaires et villageois, ainsi que les stocks nationaux de sécurité.

Un communiqué rendu publique à cet effet renseigne que « ces stocks céréaliers de la Cedeao sont constitués de produits vivriers locaux, produits par des producteurs ouest-africains, et achetés auprès de ces derniers conformément à la volonté des dirigeants de l’espace communautaire de créer la réserve régionale de sécurité alimentaire».

Créée le 28 février 2013 à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, par les dirigeants ouest-africains, cette réserve «propose d’exprimer la solidarité régionale à l’égard de ces Etats et des populations affectées», indique le même communiqué. Le même document ajoute que lors du 53ème sommet de la Cedeao qui s’est tenu le 31 juillet 2018 à Lomé, au Togo, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont félicités des mesures de mobilisation urgente de la réserve régionale de sécurité alimentaire, avant d’appeler «les Etats membres bénéficiaires à honorer leur engagement de reconstitution du stock mobilisé».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here