Crises alimentaires-Niger: 200 milliards de FCFA pour soutenir les populations

0

Le Secrétaire permanent du dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires (Dnpgca) a annoncé une série de mesures à mettre en place pour mettre les populations vulnérables à l’abri de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Dans une interview accordée à Fatouma Idé du site d’information lesahel.org, Saley Saidou a affirmé que « C’est globalement près de 200 milliards de FCFA qui sont mobilisés par l’Etat et ses partenaires pour soutenir les populations ».

Monsieur le Secrétaire Permanent, nous voilà en pleine période de soudure, une phase qui, dans le milieu rural notamment, se traduit par un amenuisement drastique des réserves alimentaires. Quelles sont les dispositions prises par l’Etat dans le cadre du plan de soutien 2018 en vue de mettre les populations vulnérables à l’abri de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle?

Comme vous le savez, la campagne agropastorale de l’hivernage 2017 a été qualifiée de moyenne sur le plan agricole et de mauvaise sur le plan pastoral. Le bilan céréalier a tout juste été en équilibre et le bilan fourrager a dégagé un déficit de l’ordre de 11 millions de tonnes de matière sèche. Même si le niveau d’approvisionnement des marchés demeure satisfaisant, il faut compter avec les effets de la situation sécuritaire qui se traduisent par certaines perturbations sur le plan des flux commerciaux transfrontaliers.

Toujours est-il que, relativement à la situation ambiante de la période de soudure dominée par l’amenuisement des réserves alimentaires, des mesures idoines ont été prises par les autorités dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de soutien 2018 du dispositif national de prévention et gestion des crises alimentaires (Dnpgca), principalement pour faire face à cette période de soudure allant des mois de juin, juillet, août, jusqu’à septembre 2018.

Ces mesures prises dans le cadre du plan de soutien 2018 visent globalement, à travers des actions harmonisées d’assistance alimentaire et de protection des moyens d’existence, à contribuer à la sauvegarde de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables et des groupes cibles affectés par les facteurs de risque humanitaire.

Plus précisément, quelles sont les principales actions menées par le Dnpgca dans le cadre du plan de soutien 2018 en direction des couches les plus vulnérables ?

Il faut dire que le plan de soutien aux populations vulnérables 2018, d’un montant de 181 milliards de Francs CFA, inclut toutes les modalités d’intervention des acteurs du domaine, particulièrement celles que le Dispositif met en œuvre avec ses propres mécanismes opérationnels sur le terrain. En ajoutant les autres modalités de réponses mises en œuvre par les partenaires du dispositif et non comptabilisées dans ce plan, c’est globalement près de 200 milliards de FCFA qui sont mobilisés par l’Etat et ses partenaires pour soutenir les populations vulnérables contre l’insécurité alimentaire. Cela, vous en convenez avec moi, témoigne de toute l’importance que les plus hautes autorités de notre pays accordent au secteur de la sécurité alimentaire.

En plus de la reconstitution des stocks pour la Vente à prix modéré (Vpm) et la Distribution gratuite ciblée des vivres (Dgc), les activités du Plan de soutien concernent le food for work, le cash for work, les semences, les aliments pour bétail, les bandes par feu, et les autres interventions immatérielles dont les transferts inconditionnels, l’appui à l’alimentation scolaire des écoles en zones d’insécurité alimentaires sévères, l’appui à la malnutrition aiguë des enfants de 06 à 23 mois et les mères accompagnantes, l’appui aux populations victimes des catastrophes soudaines, les réfugiés et les déplacés, etc.

Ainsi, sur la base des résultats de l’enquête de vulnérabilité diligentée par la Cellule de coordination du Système d’alerte précoce (Cc/Sap) et de ceux du Cadre Harmonisé d’analyse de la vulnérabilité des populations, les opérations de réponse à la soudure sont destinées à une cible estimée à 1 624 000 personnes. La répartition par région donne 16. 700 pour la région d’Agadez, 246. 092 pour la région de Diffa, 124. 342 pour Maradi, 459. 986 pour Tahoua, 280. 343 pour Tillabéri, 224. 732 pour Zinder et 5. 917 pour la région de Niamey.

Les activités de réponse à la soudure inscrites dans le plan de soutien sont aujourd’hui mises en œuvre, coordonnées et suivies par le Dnpgca, en collaboration avec ses partenaires institutionnels et techniques, et ce dans la droite ligne des orientations données par le Président de la République, SEM. Issouffou Mahamadou, à l’occasion des différentes réunions du Comité interministériel d’orientation de la mise en œuvre des activités de l’I3N (Cio), et par le président du Comité mixte de concertation Etat-Donateurs (Cmc), SEM. Brigi Rafini.

Quant à l’opération de distribution gratuite ciblée (Dgc), elle a été renforcée et environ 52 600 tonnes de céréales sont aujourd’hui disponibles, dont 32 600 tonnes mobilisées par la Cca et 20 000 tonnes par les partenaires. Cette opération de distribution gratuite ciblée est en cours d’exécution avec la mise en place de 10 866 tonnes par mois.

Dans le cadre de l’amélioration du panier alimentaire des ménages vulnérables, 2 500 tonnes de niébé sont en cours de distribution concomitamment avec la distribution gratuite de céréales. A ces quantités de céréales et légumineuses distribuées s’ajoutent des farines fortifiées de 100 tonnes, utilisées dans le cadre de la prévention de la malnutrition des enfants de 06 à 23 mois.

Aussi, dans les zones soumises aux chocs conjoncturels et/ou sécuritaires, des mécanismes rapides d’intervention ont été diligentés depuis janvier 2018 et des réponses appropriées ont été apportées. C’est ainsi que, sur le plan alimentaire,172 tonnes de céréales ont été distribuées à plus de 570 ménages à Tiloa (Banibangou) ;143 tonnes de céréales ont été distribuées à 1430 ménages de façon complémentaire aux autres interventions des partenaires à Inatès ; 700 tonnes de céréales ont été distribuées aux populations vulnérables de la zone Nord de Doutchi (Matankari, Soukoukoutane et Dogonkiria), et 150 tonnes de céréales ont été distribuées de façon anticipée aux populations vulnérables de la commune de N’Gourti.

Sur le plan de l’alimentation du bétail, ce sont 415 tonnes d’aliments bétail qui ont été mobilisées par l’Etat et ses partenaires pour secourir le cheptel à Ngourti dans la région de Diffa. De même, 200 tonnes d’aliment bétail ont été mobilisées pour le cheptel dans le nord Doutchi dans les communes de Soukoukoutane et Dogonkiria.

Ce programme est complété par le mécanisme de réponse rapide d’ECHO (Rrm), avec une contingence mise en œuvre par le PAM et ses partenaires pouvant soutenir en urgence 45.000 personnes. Toutes ces populations seront à nouveau prises en charge dans le cadre de la réponse à la soudure 2018 de façon coordonnée avec l’ensemble des acteurs.

Pour ce qui est de l’opération de Vente de céréales à prix modéré (Vpm), en cours depuis le mois de février 2018, il se poursuivra jusqu’en septembre sur l’ensemble du territoire national. Le programme, tel que planifié, se poursuit normalement et l’objectif des 80 000 tonnes de céréales planifiées pour cette opération sera atteint. D’ores et déjà, nous sommes aujourd’hui dans la 7ème phase sur les huit phases programmées. Il est réconfortant de noter, qu’il est unanimement reconnu que cette opération a permis de stabiliser les prix des céréales sur les marchés des localités d’intervention dans une période où la hausse des prix aurait pu être davantage accentuée sans l’intervention de l’Etat et ses partenaires.

Le volet « aliments pour bétails » n’est pas aussi en reste. C’est ainsi que, dans le cadre de la prévention de la crise pastorale, 23 373 tonnes d’aliments bétail sont mobilisées par l’Etat et ses partenaires, au profit de 80 000 ménages d’éleveurs vulnérables.

Sur un tout autre plan, dans le cadre de l’opération des semences pluviales, 1000 tonnes (mil, sorgho) de semences de qualité de variétés améliorées ont été récemment distribuées par la Cca auprès des populations rurales des villages déficitaires. Cette distribution vient renforcer l’appui du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage qui a porté sur 7 205 tonnes de semences distribuées.

S’y ajoute l’opération de Cash for Work, Food for Work et Transfert, un volet dans lequel la Cellule filets sociaux (Cfs) continue ses activités de distribution de cash auprès des bénéficiaires pendant la soudure. Environ 53 000 ménages (soit 371 000 personnes) devraient continuer de recevoir un montant de 10 000 FCFA par mois, distribué tout au long de l’année pendant 24 mois. Egalement, dans le cadre du Cash inconditionnel, ce sont 976 780 000 FCFA qui ont été transférés à travers la Cellule Filets Sociaux aux populations vulnérables.

Pour ce qui est des opérations de Cash for Work, il y a lieu de préciser que 1. 095 000 000 FCFA ont été mobilisés et réalisés rien qu’au cours du premier semestre par le Dnpgca, à travers la Cca et la Cfs.

Une autre opération non moins importante porte sur la prise en charge et la prévention de la malnutrition aigüe. A ce niveau, c’est environ 12 Milliards de FCFA qui ont été mobilisés pour venir en appui aux enfants malnutris et aux mères accompagnantes.

Au regard de toutes ces actions, peut-on dire que la situation est totalement sous contrôle sur le plan de la maitrise de la vulnérabilité alimentaire des populations ?

Disons que toutes ces activités menées concourent à un seul et même objectif, à savoir la réduction de la vulnérabilité des populations et le renforcement de leurs capacités de résistance aux différents chocs qui les impactent.

Aussi, je puis vous assurer que le Dnpgca, en collaboration avec les partenaires, possède les moyens pour répondre à tout choc soudain d’ordre alimentaire qui surviendrait au cours de cette période de soudure. Les efforts de mobilisation se poursuivent auprès des partenaires afin d’augmenter le taux de couverture des besoins des populations vulnérables, non seulement dans les zones soumises aux chocs, mais aussi dans l’attente de la cible réévaluée.

A cet effet, dans le cadre de la coopération régionale, le Niger a récemment bénéficié d’un appui de 6 528 tonnes de céréales de la CEDEAO en vue de répondre aux besoins alimentaires d’urgence des populations et des personnes soumises aux autres catastrophes naturelles.

Quel est justement votre message en direction des principaux partenaires intervenant dans le domaine ?

Je voudrais simplement adresser, au nom de SEM. Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du gouvernement, président du Comité mixte de concertation Etat-Donateurs (Cmc),du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises alimentaires, ainsi que des populations bénéficiaires, mes sincères remerciements à tous les partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement permanent aux efforts entrepris par l’Etat du Niger en vue de relever le défi de la sécurité alimentaire dans notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here