La SEDIMA, un maillon essentiel du SIAGRO 2018 en Afrique de l’Ouest

0

Le Directeur Général de la SEDIMA, Babacar Ngom a dressé des lauriers visant à féliciter les initiateurs du Salon international de l’agro-business (Siagro) qui contribue à montrer ce qu’ils sont capables de faire dans leur pays surtout dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, dans le secteur primaire d’une manière générale. Face à la presse lundi 27 août 2018, M. Ngom s’est réjoui de la collaboration de son entreprise avec les organisateurs du Siagro depuis plusieurs années.

La SEDIMA et le Salon international de l’agro-business, c’est une vieille histoire d’amour, suscitant, depuis quelques années la présence de cette société aux différentes éditions du Siagro. La SEDIMA est rassurée d’avoir l’autosuffisance alimentaire dans le domaine avicole. La production d’œufs, de poulets parce qu’aujourd’hui le Sénégal maitrise l’ensemble des métiers de la filière avicole. Partant de la reproduction qui consiste à produire les œufs à couver en passant la production de poussins d’un jour, la nutrition qui est toute l’alimentation pour la volaille mais aussi pour le bétail, l’abatage industriel, la production de poulets de chair, d’œufs de consommation, M. Ngom estime que tous les métiers sont aujourd’hui maitrisés. Et cela a permis d’arriver à cette autosuffisance.

«On peut être autosuffisant mais avoir un gap de compétitivité qu’il nous travailler à résorber. Il s’agit de faire en sorte que le poulet produit au Sénégal soit au même cout que celui produit au Brésil par exemple», a expliqué le Dg. «Nous avons connu des moments où notre pays vivait d’importation grâce à des efforts conjugués des acteurs, des opérateurs sénégalais, mais aussi des pouvoirs publiques. Nous avons réussi à atteindre l’autosuffisance aussi bien en poulets qu’en œufs. Et SEDIMA et même d’autres entreprises sont en train d’exporter en Afrique», a-t-il souligné, précisant que la SEDIMA travaille beaucoup sur la compétitivité.

Le Directeur Général de la SEDIMA estime que l’aviculture est un des secteurs où le Sénégal a suffisamment de la production. Selon lui, des choses importantes ont été faites dans ce secteur créateur d’emploi. «Aujourd’hui, dans toutes les villes du Sénégal vous trouvez énormément de personnes qui vivent de l’aviculture», relève le Dg de SEDIMA. Ce qui lui parait extrêmement important.

«Ça ne tombe pas du ciel; mais une réelle volonté à la base, une ambition, une vision qu’on a essayé de mettre en œuvre pour arriver à faire en sorte que notre pays soit une référence surtout en Afrique de l’ouest dans le domaine de l’aviculture». Aujourd’hui, poursuit-il, on parle de plus en plus de biosécurité. M. Ngom trouve que c’est le facteur clé de succès dans ce secteur qui est assez sensible.

Concluant son speech, Babacar Ngom affirme que tout ce qui est programme de prophylaxie, vaccination, prévention, doit être considérablement tenu en compte pour pouvoir effectivement atteindre les résultats escomptés. Ce salon a servi de cadre pour la SEDIMA de signer des conventions de partenariats avec des partenaires financiers et des entreprises locales.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here