Près de 3 000 décharges fermées en Algérie en 15 ans

0

La ministre algérienne de l’Environnement et des Énergies renouvelables a mis en exergue les efforts consentis par les autorités de l’Algérie aboutissant à la fermeture de près de 3 000 décharges anarchiques ces 15 dernières années sur tout l’ensemble du territoire national. Fatima-Zohra Zerouati qui œuvre pour le développement de son secteur ambitionne arriver au niveau «0 ordures dans la nature d’ici à 2035, dans le cadre de la nouvelle stratégie élaborée pour protéger l’environnement», a-t-elle déclaré lors d’une séance plénière tenue jeudi dernier 13 septembre 2018 et consacrée aux questions orales sous la présidence du vice-président de l’APN, Abderrazak Terbeche. L’annonce de Mme Zerouati fait suite à la campagne nationale pour le nettoyage des quartiers et de l’environnement, menée fin août, par le département de l’environnement, des responsables locaux, des membres d’associations et des citoyens. A travers cette action, Fatima Zohra Zerouati entend sensibiliser des Algériens en les responsabilisant quant à leur environnement.

C’est dans cette que , la ministre de l’Environnement a annoncé le redéploiement prochain des équipes vertes, l’impulsion d’une nouvelle dynamique à la police écologique, tout en faisant part de propositions de sanctions à l’encontre des pollueurs devant le Conseil de gouvernement, et d’une étude détaillée, en cours d’élaboration, sur les «points noirs environnementaux» à travers le territoire de la wilaya d’Alger. Concernant le Grand Alger, Mme Zerouati a évoqué la création d’un complexe de tri des déchets, d’un coût de 3.000 milliards de centimes, avec le concours, en termes de prestation de services, de 4 wilayas, précisant que des entreprises participeront à la réalisation et la gestion de ce complexe.

Au sujet des programmes de valorisation, de recyclage et de traitement de déchets, Mme Zerouati a souligné que leur niveau a atteint 5%, avec le but d’atteindre 15%, favorisant, durant les cinq années à venir, la création de plus de 7.000 emplois permanents. Aussi, parmi les décharges à éliminer, figure celle de Boulimat à Béjaia, dont le coût des travaux est estimé à 80 milliards de centimes, et dont les travaux seront lancés la semaine prochaine. Pour ce qui est de la décharge d’El Karma à Oran, les travaux débuteront le 22 septembre, et coûteront 150 milliards de centimes.

La coordination intersectorielle, la multiplication des inspections et le renforcement des missions des inspecteurs au niveau des wilaya, a permis au secteur de l’environnement, selon la ministre, de se développer, tout en collaborant avec les services de sécurité dans la traque des «criminels de l’environnement» et en responsabilisant le citoyen, à travers son adhésion aux campagnes de nettoyage collectif et de tri des déchets. Réactivation des clubs d’environnement. Pour sensibiliser les jeunes sur les questions écologiques, le secteur de l’environnement travaillera de concert avec celui de l’Education, en réactivant les clubs de l’environnement, après la signature, en octobre, d’une convention entre les deux départements.

Enfin, dans la majorité des wilayas du pays, l’on constate la présence de décharges anarchiques, comme dans la commune de Rouached à Mila, où la forêt de Sidi Zerrouk a été transformée en décharge sauvage, ou à Bir El-Djir dans la wilaya d’Oran, où les citoyens ont créé une décharge devant un CEM. Si les exemples ne manquent pas, pourvu que les actions des autorités compétentes se multiplient, et que les mesures dissuasives soient appliquées. Le cadre de vie des Algériens ne pourra être que meilleur.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here