La réforme agraire parmi les solutions de Sonko pour un Sénégal prospère

0

Le leader de Pastef, Ousmane Sonko, a profité de la cérémonie de présentation de son livre-vision composé de 13 chapitres intitulé « Solutions », une rencontre au cours de laquelle il a officiellement déclaré sa candidature à l’élection présidentielle du 24 février 2019 pour livrer sa lecture de l’agriculture sénégalaise mais aussi des contrats pétroliers.

Contrairement au régime en place, Ousmane Sonko promet de moderniser l’agriculture familiale et de mener une « réforme agraire » en luttant contre l’accaparement des terres qui à la limite réduit les anciens propriétaires en un simple ouvrier agricole. M. Sonko qui s’exprimait devant ses militants et sympathisants à la Place de la Nation le 16 février 2018 a dénoncé l’usage illicite des fonds politiques, sur ce il propose de supprimer les fonds secrets et de mettre en place une commission mixte (magistrat, députes de la majorité comme l’opposition) pour contrôler l’usage des fonds secrets, a proposé Ousmane Sonko qui a divisé en trois part son salaire parlementaire. A en croire le député de Pastef, les 2/3 sont octroyés à deux associations de femme évoluant : l’une dans le domaine agricole au nord  et l’autre dans les produits halieutiques au Sud du pays.

Contrats et Pétrole

Ousmane Sonko a été l’une des premières personnes à faire des révélations autour des dessous des contrats pétroliers. Pour lui, ces contrats sont très défavorables et pourraient apporter plus de 800 milliards de Fcfa.

« Les contrats signés par l’État sont tous défavorables aux Sénégalais. On ne peut pas accepter que des personnes vendent les intérêts des Sénégalais au profit d’autres personnes. Si nous renégocions ces contrats, nous pourrions gagner plus de 800 milliards de fcfaé, lance Sonko.

Des février 2019, s’il est élu, Sonko promet de renégocier tous les contrats pétroliers signés jusqu’alors par l’État du Sénégal.

En ce qui concerne le financement de nos infrastructures, Il a, par ailleurs, promis de trouver d’autres niches d’impôts pour financer les investissements, pour lui c’est plus avantageux que les prêts étranglent notre économie. S’il estime que la commande locale  pour l’artisanat sera augmentée, le candidat de Pastef a exhorté les acteurs du secteur à plus de rigueur et le respect du délai de livraison, principal défaut de ce corps de métier.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here