L’Allemagne va financer la construction de la 1ère centrale solaire en Côte d’Ivoire

0

La Côte d’Ivoire envisage booster la production de son énergie renouvelable dans son mix énergétique à hauteur de 11 % d’ici à l’horizon 2020. Pour se faire, le pays d’Afrique de l’Ouest compte ériger sa première centrale solaire qui sera financée par l’Allemagne pour un coût estimé à40 millions d’euros.

C’est ce qu’a annoncé l’ambassade d’Allemagne en poste en Côte d’Ivoire mercredi 3 octobre 2018. La centrale qui sera dotée d’une puissance de 37,5 MWc (mégawatt-crête, la puissance électrique maximale) sera construite à Boundiali dans le nord.

D’après un communiqué de presse émis par l’ambassade, cette somme sera composée d’un financement de 27 millions d’euros accordé par la banque allemande de développement, KfW, et d’une contribution de 9,7 millions d’euros de l’Union européenne.

L’accord de partenariat a été paraphé par l’ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire, Michael Grau, la directrice générale du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (Bmz), Ingrid-Gabriela Hoven, et le ministre ivoirien de l’économie, Adama Koné.

A peine 1 MW d’énergie solaire en 2018

La signature de ce contrat de financement intervient quelques semaines avant la visite en Allemagne du président ivoirien, Alassane Ouattara, prévue le 30 octobre, à l’occasion du sommet du G20 pour les investissements. En 2017, Berlin a accordé à son pays un prêt de 100 millions d’euros pour des projets d’infrastructures et d’appui aux réformes afin « d’attirer les capitaux privés et [de] créer des emplois ».

La Côte d’Ivoire, leader dans le secteur de l’électricité en Afrique de l’Ouest, a consommé à peine 1 MW d’énergie solaire en 2018, selon l’Association ivoirienne des énergies renouvelables (AIENR). Sa fourniture d’électricité (environ 2 000 MW au total) est assurée à hauteur de 75 % par l’énergie thermique. Il compte également des barrages hydroélectriques.

Rappelons que la première puissance économique d’Afrique de l’Ouest francophone dispose actuellement d’un réseau de 5 000 km de lignes à haute tension et d’une puissance installée de 2 200 MW. Le gouvernement ambitionne d’atteindre 4 000 MW en 2020 et 6 600 MW en 2030, et de faire participer les énergies renouvelables au mix énergétique à hauteur de 16 % en 2030.

Plusieurs projets sont en préparation, comme la construction de plusieurs centrales à biomasse Biokala, développées par le groupe agro-industriel ivoirien Sifca et le français EDF. Ces unités de production doivent être alimentées par les résidus de palmiers à huile de Sifca.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here