L’exploitation frauduleuse du bois fait perdre au Congo Brazza 12 milliards FCFA

1

La République du Congo a rendu publique, vendredi 12 octobre 2018, le rapport d’une enquête administrative menée dans la filière bois à la demande du président Denis Sassou Nguesso. Le rapport commandité par le Chef de l’Etat congolais stipule que le pays a perdu plus de 12,6 milliards de FCFA (plus de 19,2 millions d’euros) entre 2016 et 2017 dans une fraude impliquant les sociétés forestières et des fonctionnaires véreux. La Commission d’enquête a travaillé exclusivement dans la partie sud du pays.

La Commission en charge de la vérification de la gestion des recettes du Service de contrôle des produits forestiers à l’exportation (Scpfe), mise en place au mois de juin dernier sur instruction du président de la République, pointe « le pillage éhonté » de cette ressource nationale par des sociétés forestières avec la complicité active des agents de l’Etat.

Confondus par des preuves « irréfutables » les auteurs des infractions et leurs complices, listés dans un rapport confidentiel transmis au président de la République auraient avoué leur forfaiture, a indiqué le contrôleur général d’Etat par intérim à Brazzaville, Jean Claude Yoka lors de la cérémonie de lancement de l’opération de recouvrement des sommes dues à l’Etat par les sociétés forestières patronnée par Florent Ntsiba, ministre d’Etat, directeur du cabinet du président de la République.

Mise sur pied à la demande du chef de l’Etat congolais et placée sous la tutelle de l’Inspection générale d’Etat, la Commission a mené son enquête auprès du Service de contrôle des produits forestiers à l’exportation et d’autres organismes intervenant dans le circuit d’exportation du bois, notamment les services des douanes et le port autonome de Pointe-Noire.

Elle a décelé une importante fraude. Orchestrée par les compagnies forestières avec la complicité des fonctionnaires véreux, cette fraude a fait perdre à l’Etat d’importantes recettes, selon Florent Tsiba directeur de cabinet du président de la République. « Pour la seule période de 2016 à 2017 couverte actuellement par les investigations menées uniquement dans la partie sud du pays, le manque à gagner pour le Congo, du fait de la fraude, est de 12 653 136 205 francs CFA. Toutes ces sommes sont détenues, de manière totalement illégale, par les entreprises de la filière avec la complicité d’agents véreux de l’administration », a-t-il déclaré.

Le nombre et les noms des sociétés et des fonctionnaires à l’origine de la fraude n’ont pas été révélés. C’est à la justice de prendre normalement le relais et de punir s’il y a lieu, a indiqué une source proche du dossier.

L’objectif principal de cette commission est « d’accroître la capacité de financement de l’économie nationale à partir des recettes générées par le secteur forestier ».

Moctar FICOU / VivAfrik

1 COMMENTAIRE

  1. Le jour où Sassou mettra aux arrêts Henri Djombo, le roi des mafieux sur le bois, ce jour-là j’applaudirai des deux mains. Tout le reste c’est du saupoudrage. Les membres du CLAN sont libres. Les fraudeurs et les mafieux sont dans le CLAN de Sassou lui-même. C’est un système. Le FMI est là à cause de ça. Allon seulement !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here