Près de 90% de la flotte de pêche industrielle du Ghana appartient à la Chine

0

La Environmental justice foundation (Ejf) a révélé dans une enquête que près de 90% de la flotte de pêche industrielle du Ghana est propriété chinoise malgré le fait que les lois du Ghana interdisent clairement toute propriété étrangère ou tout contrôle par des navires battant son pavillon. Les gouvernements chinois et ghanéens doivent maintenant œuvrer de concert pour éliminer les pratiques de pêche illégales qui sévissent dans la flotte industrielle du Ghana, améliorer la transparence et sanctionner les personnes qui enfreignent les lois sur la propriété.

Le combat contre la pêche illégale en Afrique de l’Ouest avait contraint la Chine, souvent indexée par l’ONG Greenpeace de geler les subventions de trois compagnies chinoises impliquées dans des activités de pêche Illicite, non déclarée et non réglementée (Inn), poussant le ministère chinois de l’Agriculture à suspendre le certificat de pêche lointaine de la compagnie Lian Run Pelagic Fishery Ltd, annonce l’ONG, dans un communiqué.

Selon Greenpeace, qui dénonce depuis plusieurs années le pillage des eaux ouest africaines, cette compagnie a un «lourd historique de pratique de pêche Inn durant des années».

Dans le cas spécifique du Ghana, pour garantir que les bénéfices financiers de la pêche industrielle iront directement dans les caisses du pays, plutôt que d’être envoyés à l’étranger, la loi sur les pêches du Ghana stipule que ces bateaux ne peuvent être possédés, ou en partie, par un intérêt étranger, à la seule exception des thoniers.

La pêche illégale, un phénomène très répandu en Afrique de l’ouest

Mais une enquête alarmant de l’Ejf vient de révéler que des sociétés étrangères – pour la plupart chinoises – opéraient par l’intermédiaire de sociétés «de premier plan» ghanéennes, utilisant des structures opaques pour importer leurs navires, s’enregistrer et obtenir une licence. A en croire cette enquête, en 2015, 90% des chalutiers industriels immatriculés au Ghana avaient été construits en Chine et 95%, sous le commandement de ressortissants chinois.

La pêche illégale et les activités criminelles qui y sont associées mettent en péril la durabilité des ressources biologiques marines et menacent la stabilité économique, sociale et politique des communautés côtières, en particulier en Afrique de l’Ouest, où les pêcheurs artisanaux ont besoin de pêches côtières durables pour gagner leur vie et pour survivre.

L’investisseur chinois ayant toujours la prépondérance des moyens de contrôle en sa possession, de tels arrangements vont clairement à l’encontre de l’objet de la législation, sinon de la lettre de la loi. Il en résulte un manque total de transparence quant à savoir qui est responsable des actions illégales, et qui contrôle et profite de la flotte de chalutiers industriels du Ghana.

De nouveaux navires continuent d’arriver de Chine malgré un moratoire sur les nouveaux chalutiers industriels entrant dans les eaux ghanéennes afin de remédier à la surcapacité considérable et à l’épuisement grave des stocks de poisson.

Maintenant que la véritable nature de la situation a été mise au jour, les gouvernements ghanéen et chinois doivent travailler ensemble pour trouver une solution rapide et robuste.

Plus tôt cette année, la Chine a lancé une campagne de répression contre les activités illicites d’opérateurs chinois en Afrique de l’Ouest, retirant des subventions et des permis de pêche à trois entreprises chinoises impliquées dans la pêche illégale dans la région. À présent, il peut consolider ces progrès au Ghana et faire ainsi preuve de leadership dans la lutte contre le fléau mondial de la pêche illégale.

La pêche illégale, un phénomène très répandu en Afrique de l’ouest, a fait l’objet d’un long travail de surveillance en Sierra Leone par l’ONG Ejf qui affirme que la plupart des captures clandestines atterrissent sur des marchés européens.

Toutes les décisions prises contre la pêche pirate au niveau communautaire (commission, conseil et parlement) volent en éclat après lecture du dernier rapport de l’Ejf qui décortique le cas de la Sierra Leone.

Grandes souffrances dans les communautés côtières

Ensemble, les deux gouvernements doivent identifier rapidement la propriété chinoise dans la flotte industrielle du Ghana et veiller à ce que tout arrangement soit conforme aux lois sur la pêche et la fiscalité. Pour lutter contre la pêche illégale, les deux gouvernements doivent mener une enquête approfondie sur les cas suspects et imposer des sanctions suffisamment sévères pour véritablement dissuader les contrevenants.

De manière cruciale, la Chine et le Ghana peuvent obtenir d’énormes avantages économiques et environnementaux en s’engageant activement en faveur de la transparence. Pour ce faire, des listes de tous les navires de pêche autorisés à pêcher sous pavillon ghanéen et chinois devraient être publiées en ligne, ainsi que des informations détaillées sur tous les cas de pêche illicite et les sanctions imposées. La propriété de tous les navires industriels opérant au Ghana et des personnes qui en bénéficient, devrait être de notoriété publique.

«La Chine est déjà consciente de certains problèmes sur sa flotte en Afrique de l’Ouest et le gouvernement a pris des mesures pour résoudre ces abus», a déclaré Steve Trent, directeur exécutif de Ejf. «Avec ces nouvelles informations sur les pêcheries ghanéennes, la Chine peut et devrait jouer un rôle de premier plan en collaborant avec le gouvernement ghanéen pour veiller à ce que les lois soient respectées et à ce que les pêcheries ghanéennes soient à la fois légales et durables. Si ces mesures ne sont pas prises, de nouvelles baisses et un possible effondrement de ces pêcheries entraîneront de grandes souffrances dans les communautés côtières. »

Selon l’ONG, les côtes ouest-africaines sont les plus touchées au monde par la pêche illégale, qui représenterait 37% des prises totales de la région. Les pays côtiers disposent de peu de moyens pour contrôler leurs eaux et l’on estime qu’ils perdent jusqu’à 1,5 milliard $ de revenus annuels pour les navires opérant dans les zones protégées ou sans licences appropriées.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here