La FAO mise sur un meilleur accueil de migrants pour soutenir le développement rural

0

La célébration de la Journée mondiale de l’alimentation le 16 octobre 2018 a été l’occasion pour l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) de lancer son rapport annuel baptisé « Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2018 : Migrations, agriculture et développement rural ».

La Journée mondiale de l’alimentation commémore l’anniversaire de la création de la Fao créée en 1945. Ce rapport est largement consacré cette année au phénomène migratoire et aux moyens de le rendre économiquement bénéfique pour tous. Parmi les recommandations de l’organisation, la nécessité d’assurer la cohérence entre politiques migratoires et développement rural.

La migration rurale peut-être bénéfique pour les pays de destination comme pour les pays d’origine. Ainsi, « pour les migrants, la migration signifie des revenus plus élevés, un accès à de meilleurs services sociaux, une meilleure éducation et alimentation et de meilleurs moyens d’existence. Les migrations peuvent contribuer au développement des pays d’origine, grâce à l’envoi de fonds des migrants et aux nouvelles ressources, techniques et idées productives qui vont permettre d’améliorer le développement social et économique des sociétés dans leur ensemble. Dans de nombreux pays à revenus élevés, l’économie du secteur agricole et des zones rurales repose sur la disponibilité des travailleurs immigrés » indique la Fao. Signalons aussi que le développement ne signifie par la réduction des migrations internationales, bien au contraire il a tendance à les augmenter.

Ce sont les conflits, les accidents climatiques ou le réchauffement climatique poussent les populations à fuir leur territoire pour chercher refuge dans les mégapoles ou dans des pays mieux dotés… La Fao met l’accent cette année sur le lien entre faim, abandon des territoires et migrations forcées.

«  Changeons l’avenir des migrations, investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural  », c’est le propos de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture : les politiques ne doivent pas enrayer les migrations, mais plutôt exploiter au mieux le potentiel des migrations rurales en faveur du développement économique et social, selon le rapport de la Fao.

«  Dans de nombreuses situations, il semble logique de faciliter les migrations et d’aider les potentiels migrants à surmonter les contraintes qu’ils pourraient rencontrer, leur permettant ainsi de tirer profit de ce que la migration peut leur offrir. Au même moment, cela signifie également fournir des opportunités alternatives pour les migrants potentiels en milieu rural, sans oublier de promouvoir le développement dans les zones rurales ou encore dans leurs environs  », précise M. José Graziano da Silva, directeur de la Fao dans la présentation du rapport.

La Fao estime « qu’il est essentiel d’assurer la cohérence entre les politiques migratoires et les politiques agricoles et de développement rural si l’on veut faire en sorte que les migrations soient sûres, ordonnées et régulières. Les politiques ne doivent pas viser à réduire ou à accélérer les flux migratoires, mais à optimiser leurs bienfaits économiques et sociaux tout en réduisant au maximum les difficultés auxquelles sont confrontés les migrants et les sociétés ».

Omar Bennamour, l’un des rédacteurs du rapport, prend l’exemple des migrants africains. « Ils vont travailler de manière informelle, dans des conditions de travail discutables, dans le secteur de l’agriculture dans les pays d’Europe. » Selon l’expert, les pays d’accueil ont tout intérêt à « maximiser l’apport de cette main-d’œuvre en Europe, en offrant à ces populations des conditions de travail (correspondant aux) standards nationaux, un salaire et aussi un accès à la protection sociale ».

Une telle politique permet à ces migrants, en retour, «d’investir dans leur pays d’origine et notamment dans leur zone rurale d’origine », précise encore Omar Bennamour.

Selon le rapport en effet, «  les migrations peuvent contribuer au développement des pays d’origine, grâce à l’envoi de fonds des migrants et aux nouvelles ressources, techniques et idées productives qui vont permettre d’améliorer le développement social et économique des sociétés dans leur ensemble  ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here