Un champ d’hydrogène découvert au Mali

0

« Il est possible de confirmer la présence d’un important champ d’hydrogène qui comprend au moins cinq réservoirs superposés qui contiennent chacun des quantités importantes d’hydrogène sur une surface estimée qui dépasse largement les huit kilomètres de diamètre », a précisé une étude réalisée par l’équipe du professeur Alain Prinzhofer (Institut de physique du globe) publiée dans la revue International Journal of Hydrogen Energy.

Ces chercheurs confirment ainsi que d’importantes réserves d’hydrogène naturel ont été découvertes par une équipe scientifique internationale au Mali, dans le bassin de Bourakébougou (sud-ouest), où les réserves estimées ont été multipliées par vingt par rapport aux estimations précédentes. Une découverte qui pourrait entrainer l’exploitation industrielle de cette source d’énergie renouvelable et non polluante.

Pays pauvre ouest-africain, le mali se voit projeter soudainement au cœur des enjeux du plan Marshall énergétique de demain, suite au miracle qui s’est produit autour de la découverte du gisement de gaz d’hydrogène naturel dans les terres de Bourakèbougou, localité située à une quarantaine de kilomètres de Bamako, à vol d’oiseau. Ce projet gigantesque et futuriste qui est une étape majeure dans la transition énergétique avec production de l’électricité écologique est porté par l’homme d’affaires malien, Aliou boubacar diallo, PDG du consortium petroma.

Selon les chercheurs, « la géochimie de surface indique que la présence d’hydrogène pourrait s’étendre jusqu’à des distances de plus de 150 kilomètres », soit sur une distance vingt fois supérieur aux projections réalisées jusque-là, ce qui « ouvre des perspectives nouvelles pour une future exploitation industrielle de l’hydrogène ».

Ces découvertes « soulignent l’intérêt économique potentiel d’exploitations d’hydrogène naturel dans des zones continentales onshore. L’estimation actuelle du prix d’exploitation (de l’hydrogène naturel) est nettement moins cher que l’hydrogène produit en usine, que ce soit à partir d’énergie fossile ou d’électrolyse », conclut l’étude scientifique.

L’hydrogène naturel est considéré comme l’une des alternatives les plus prometteuses aux énergies fossiles pour approvisionner nos sociétés en énergie tout en luttant contre le réchauffement climatique. En France, l’ancien ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot avait fait de l’exploitation de l’hydrogène naturel l’un de ses chevaux de bataille.

Grâce au gisement d’hydrogène naturel découvert sous les roches de ce village sorti de l’anonymat austère, les pays du Nord regardent désormais vers le Sud. Cette découverte d’hydrogène naturel, ressource naturelle renouvelable, diffuse en tant que source d’énergie de flux (à l’opposé des énergies fossiles, polluantes dites énergies de stocks) est une première dans le monde. Son promoteur, l’entrepreneur malien, Aliou Boubacar Diallo, PDG de Petroma et Wassoul ‘Or a pris le risque d’investir dans ce projet et de transformer cet hydrogène naturel pour produire de l’électricité sans émettre de CO2. Selon des informations concordantes en notre possession, le village tire profit de l’électricité fournie à partir de cet hydrogène naturel. Peu importe la quantité. L’essai de production d’électricité avec l’hydrogène naturel sans émission de CO2 réussi par Petroma au Mali augure un nouvel ordre scientifique et industriel pour l’humanité.

Pour l’heure, seule une unité-pilote de production d’électricité à partir d’hydrogène existe dans le monde, justement dans le bassin de Bourakébougou. Lancée en 2011 par l’entrepreneur malien Aliou Diallo, elle permet d’électrifier les communautés rurales proches du gisement. C’est le succès de cette initiative test qui a poussé les scientifiques à s’intéresser de plus près aux potentialités du bassin de Bourakébougou.

A priori, ce gisement de gaz qui a jailli des roches du village malien, Bourakebougou constitue une des clés de la transition énergétique que se prépare la planète à affronter.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here