Un projet de surveillance de la forêt équatoriale lancé en Afrique Centrale

0

Le projet de surveillance de la forêt équatoriale, suivi et évaluation (Sefac) a été lancé vendredi 9 novembre 2018 à l’auditorium du ministère des Eaux et Forêts à Libreville au Gabon par les institutions partenaires du Consortium Ageos (Gabon), Obpe (Burundi), université de Moundou (Tchad), Incoma (Guinée Équatoriale), Comifac (Cameroun) en présence de Ghislain Moussavou, expert de l’Agence gabonaise d’Etudes et d’observation spatiale et de Vincent Medjibe de la Comifac.

Selon nos sources, ce projet qui rentre dans le cadre du programme GMES & Africa ou Programme de surveillance mondial pour l’environnement et de sécurité en Afrique et dans les États ACP et financé par l’Union africaine.

Le programme GMES & Africa a pour but le renforcement des capacités et le développement des infrastructures qui permettront aux utilisateurs africains de faire une exploitation intensive et cohérente des données, technologies et services d’observation de la Terre (depuis l’espace et in situ), contribuant à l’élaboration de politiques environnementales qui soient favorables au développement durable en Afrique et dans les États ACP.

Lors de cette rencontre, les différents partenaires ont indiqué que cette initiative vise à l’amélioration des politiques gouvernementales en matière de protection de l’environnement. Celui-ci va s’appuyer sur les projets existants sur le continent et qui ont déjà engendré des capacités intellectuelles et infrastructurelles dans l’utilisation des applications d’observation de la terre. Il s’agit pour les différents partenaires de continuer à répondre aux besoins croissants des pays africains sur l’accès et l’utilisation des données spatiales.

Les activités du projet porté par le consortium Ageos vise à informer clairement les autres parties prenantes des enjeux et des bénéfices du projet pour leur implication complète dans un contexte africain marqué par l’exploitation essentielle des ressources naturelles (bois, pétrole, minerais).

Concernant les résultats attendus, les parties prenantes et le grand public en général doivent être bien informés sur le projet porté par le consortium Ageos et ses partenaires dans le cadre du programme GMES & Africa. Surtout que les objectifs à terme envisagés par le consortium Ageos doivent permettre de réaliser entre autres objectifs la production, au moyen des données d’observations de la terre, des données et des informations de base sous forme des indicateurs pertinents de l’état des forêts en Afrique Centrale et d’assurer la diffusion, au plus grand nombre des bénéficiaires et d’utilisateurs, des données, informations et indicateurs produits.

Pour pouvoir progresser durablement vers les objectifs de développement en Afrique, il est nécessaire d’analyser attentivement les changements environnementaux ainsi que l’impact à long terme des activités humaines. Le programme GMES offre un cadre idéal pour mener ce type d’analyses d’une manière systématique.

Le GMES, initiative de l’Union européenne et de l’Agence spatiale européenne (Esa), est développé afin d’apporter de manière durable des services fiables et en temps opportun concernant les questions environnementales et de sécurité, pour répondre aux besoins des utilisateurs ainsi que des pouvoirs publics.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire