Une centrale solaire photovoltaïque (7 MW) inaugurée au Niger

0

Le Niger se dote de sa première centrale solaire photovoltaïque. En effet, le Premier ministre, Brigi Rafini a procédé, samedi 24 novembre 2018 à Malbaza (centre), à l’inauguration de cette première infrastructure solaire. Cette centrale d’une capacité de 7 MW, qui vient ainsi renforcer la capacité de la Société nigérienne d’électricité (NIGELEC), est le fruit de la coopération nigéro-indienne.

Selon les autorités du pays, la nouvelle infrastructure énergétique composée de 21 000 panneaux solaires a coûté un investissement de 24,7 millions de dollars soit environ 16 milliards de francs CFA. Elle est dotée d’une capacité de production de 7 mégawatts et devrait fournir de l’électricité à plus de 30 000 foyers dans les départements de Madaoua, Malbaza et Konni.

La ministre  nigérienne de l’Energie, Amina Moumouni affirme que la centrale solaire -première du genre dans le pays a vu le jour grâce à la coopération nigéro-indienne. Elle traduit l’adoption par le Niger de la stratégie de diversification énergétique, le lancement du développement de centrales solaires dans le pays et le déploiement de l’accès des populations rurales à l’électricité solaire.

«Nous rentrons de plain-pied dans la modernisation économique, et notre indépendance énergétique n’est plus un rêve», a d’ailleurs déclaré le chef de gouvernement.

Le gouvernement tablant désormais sur le  soleil pour réduire la grande dépendance énergétique du pays, vis-à-vis du Nigeria notamment, qui lui fournit 80% de sa consommation en électricité, cette centrale solaire est la première d’une série de centrales en construction ou en voie de construction.

Il y a notamment la centrale hybride (photovoltaïque/diesel) d’Agadez et celle de Gorou Banda dont la construction débutera en 2019.

L’objectif, selon le directeur général de la NIGELEC, Halid Alassane, présent au cours de cette cérémonie d’inauguration, c’est qu’aux environs de 2021, le Niger puisse disposer de 100 MW solaire dans son mixte énergétique. Ce qui ferait du Niger l’un des pionniers de la sous-région en matière d’énergie solaire.

Il faut noter qu’au Niger, le taux d’électrification tourne autour de 12%, un taux largement inférieur à la moyenne dans la sous-région et l’un des plus bas du monde.

Basculer vers le mix énergétique

Le mix énergétique est aujourd’hui plus que jamais indispensable pour le Niger. Pays dépendant à 80% du Nigeria pour sa consommation en électricité, malgré son énorme potentiel énergétique (uranium, charbon minéral, énergie solaire et hydroélectricité avec le fleuve Niger), le taux d’accès à l’électricité est de 12,2% (données de 2017). Selon Moumouni qui s’adressait aux parlementaires il y a quelques jours, le Niger compte sur les achats auprès de la Société nigérienne de Charbon (SONICHAR) et l’énergie produite dans les centrales de la NIGELEC, ainsi que la contribution de la centrale diesel Goroubanda depuis 2017, avec un volume total de 364 gigawatts pour une consommation nationale de 1 244 gigawatts.

La ministre nigérienne de l’Energie a assuré pour sa part que le gouvernement a prévu de démarrer l’année prochaine la construction d’une seconde centrale photovoltaïque d’une puissance de 20 mégawatts près de Niamey, avec un financement conjoint de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne (UE) pour plus de 60 millions d’euros (68 millions de dollars).

Toujours l’année prochaine, la construction d’une centrale hybride de 19 mégawatts à Agadez (nord) démarrera, a ajouté Moumouni qui a également confié que d’autres centrales solaires sont envisagées pour renforcer la production énergétique du pays et réduire la dépendance vis-à-vis de l’extérieur.

De son côté, le directeur général de la NIGELEC, Halid Alassane, a expliqué que l’objectif du gouvernement nigérien est de disposer de 100 mégawatts de solaire dans son mix énergétique à l’horizon 2021.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here