COP24 : l’absence de la « locomotive » rend les négociations difficiles

0

La division règne à Katowice, en Pologne, où se déroulent les négociations pour le climat. Selon les observateurs, il manque la « locomotive » pour qu’elles avancent. L’Europe, qui devrait être une force motrice, est en effet divisée, alors qu’elle s’est s’engagée à réduire de 40 % ses émissions de gaz à effet de serre, d’ici à 2030.

Alors que la Conférence de l’Onu sur le climat, qui se tient jusqu’au 14 décembre 2018 à Katowice, en Pologne (COP 24), entame ainsi sa deuxième semaine, les négociations avançant péniblement à cause de la division des Etats.

« Il faut que les Etats acceptent d’augmenter ces objectifs climatiques, parce que cela enverrait un signal à l’international, que les Européens font quelque chose dans la lutte contre le dérèglement climatique », estime Neil Makaroff, responsable Europe au sein du Réseau Action Climat – France.

Un manque d’unité

Le problème, selon Neil Makaroff,est que le tandem franco-allemand est en panne : «  Les Allemands sont en train de réfléchir à une sortie du charbon, mais ils ne veulent pas en contrepartie importer de l’électricité nucléaire française. »

Les pays sont souvent, eux aussi,divisés à l’intérieur. Cela vaut surtout pour les derniers de la classe, comme les Etats-Unis qui participent aux négociations malgré leur retrait annoncé de l’accord de Paris.

Les Etats-Unis se font régulièrement remarquer lors des COP par les événements qu’ils organisent en marge des négociations : le charbon propre, par exemple, et d’autres sujets qui paraissent incongrus à la plupart des personnes présentes ici. Ces événements sont à chaque fois perturbés par des activistes climatiques.

Des incertitudes sur l’issue

Les négociations sur le climat avancent donc péniblement. Même Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, le reconnait : « Elles avancent peut-être plus rapidement sur la question des négociations des règles d’application de l’accord de Paris. On voit que c’est plus difficile quand il s’agit de discussions pour rehausser l’ambition climatique. »

Les Etats ont jusqu’au jeudi 13 décembre de l’année en cours pour présenter une version cohérente et digeste du manuel d’application qui traduit l’accord de Paris dans la vie concrète. L’objectif est de rehausser« l’ambition climatique » sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here