Les activités du centre de valorisation des légumineuses lancées à Meknès (Maroc)

0

Les travaux du centre de valorisation des légumineuses alimentaires à Moulay Driss Zerhoune logée dans la préfecture de Meknès sont officiellement lancés. En termes clairs, le Groupement d’intérêt économique (GIE) Walili a lancé ses activités de production de semences fermières des légumineuses alimentaires, avec le soutien du Centre régional de la recherche agronomique (CRRA) de Meknès, pour contribuer à la satisfaction des besoins des agriculteurs en semences de qualité, a précisé l’Institut national de recherche agronomique (INRA), dont relève le CRRA.

Le GIE agricole a été encadré par le CRRA-Meknès, via la plateforme d’innovation pour l’amélioration des légumineuses alimentaires au niveau de la zone Saïs-Taounate, dans le cadre du projet « Initiative maroco-indienne pour le développement des légumineuses alimentaires (IMILA) ».

Le projet IMILA a également mis à la disposition du groupement professionnel une machine de conditionnement d’une capacité de traitement de 1 tonne/heure.

Selon des sources officielles, l’assistance technique de la recherche agronomique, apportée par le CRRA, a couvert la chaine des valeurs des légumineuses alimentaires depuis la conduite technique jusqu’à la commercialisation et la valorisation de ces denrées, notamment par la mise à disposition de l’équipement nécessaire pour assurer le conditionnement et le traitement des semences fermières.

Dans le cadre de la même plateforme d’innovation, la coopérative féminine Rizk Allah relevant de la commune de Ras El Ouad (Tissa) est également encadrée pour  la fabrication et la commercialisation de préparations culinaires à base de légumineuses alimentaires (conserves, couscous, gâteaux, etc…).

Le GIE Walili compte huit coopératives, et la superficie couverte en légumineuses alimentaires au niveau de Moulay Driss Zerhoun est d’environ 7.000 ha, avec une production totale d’environ 112.400 quintaux.

Le CRRA a une mission de recherche ciblée sur le développement agricole. Il œuvre pour une meilleure connaissance du milieu (naturel et socio-économique), le développement de technologies performantes répondant aux besoins de l’agriculture de sa zone d’action et la valorisation des acquis de la recherche agronomique ciblant les environnements semi-aride, subhumide et de montagne.   

Moctar FICOU / VivAfrik                    

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here