Indice de changement climatique : le Maroc dans le top 2 mondial

0

L’Indice de performance de changement Climatique 2019 rendu publique dimanche 6 janvier 2019 a expliqué que le Maroc est le deuxième pays le plus performant en termes d’indice de changement climatique en se positionnant au 5ème rang mondial.

Le Maroc continue de gagner des bons points en matière d’engagement environnemental. Selon l’Indice de performance climatique (IPC) de 2019, le Maroc obtient une brillante deuxième place avec mention «Très bien» sur les 56 pays évalués. Le royaume a gagné une place pour devenir le deuxième pays le plus performant de l’IPC cette année, juste derrière la Suède.

Selon le rapport IPC-2019, le Royaume a considérablement augmenté la part des énergies renouvelables au cours des cinq dernières années et développé de nouvelles capacités d’énergie renouvelable.

Avec la connexion de la plus grande centrale solaire au monde et de plusieurs nouveaux parcs éoliens au réseau électrique, le pays est « sur une bonne voie d’atteindre son objectif de 42% de capacités d’énergie renouvelable installées en 2020 et de 52% en 2030 », soulignent les auteurs du rapport.

En outre, son faible niveau d’émissions de GES et des NDC (Nationally Defined Contributions/contributions définies au niveau national) ambitieux font que le Maroc est noté bien dans la catégorie émissions de GES.

Le Maroc a également gardé sa note bien dans la catégorie politique climatique. Ainsi, les experts du pays constatent un certain retard dans la mise en œuvre de politiques nationales, mais ils reconnaissent le processus de consultation visant à élaborer une stratégie à long terme pour 2050, qui pourrait, entre autres initiatives, faire du pays un acteur de premier plan au niveau international. Seul bémol, le retard dans la mise en œuvre de politiques nationales en matière de développement durable.

Les résultats de l’IPC* 2019 illustrent les principales différences régionales en matière de protection et de performance climatiques dans 56 pays évalués et l’UE. Les classements dans cette catégorie sont définis par la performance agrégée d’un pays selon 14 indicateurs dans les quatre catégories « émissions de GES », « énergie renouvelable » et « consommation d’énergie », ainsi que dans « politique climatique », une rubrique politique de l’indice qui est unique au monde. Aucun pays n’a réalisé une performance suffisamment bonne pour avoir un classement « très bien » de l’indice de cette année, ce qui veut dire qu’aucun pays n’a atteint l’une des trois premières places du classement jusqu’ici.

Dans l’indice de cette année, la Suède est en tête du classement, suivie par le Maroc et la Lituanie. Le groupe des pays à performance intermédiaire comprend des pays comme la France, le Mexique, l’Allemagne et la République tchèque. L’Indonésie, l’Autriche et la Nouvelle-Zélande se trouvent parmi les pays les moins performants, notés mauvais.

L’Arabie saoudite, les États-Unis, l’Iran, la République de Corée et le Taipei chinois se classent au dernier rang, avec des scores mauvais ou très mauvais dans presque toutes les catégories.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here