Plastiques : Coca et Pepsi vantent le recyclage à Davos

0

Les patrons de Coca-Cola et Pepsico ont promis à Davos que « d’énormes progrès » seraient réalisés « d’ici 2030 » pour réduire les déchets liés aux plastiques.

Les frères ennemis du soda, James Quincey et Ramon Laguarta, rarement vus côte à côte, participaient à un atelier sur la « Transformation de l’économie du plastique », un thème récurrent cette semaine au Forum économique mondial.

Coca et Pepsi font partie d’une « Alliance to end plastic waste » dont la création a été annoncée mi-janvier par une trentaine de multinationales.

« Nous pouvons réduire la quantité de plastique dans le système, à la fois dans nos secteurs boissons et alimentation », a assuré le PDG de Pepsico Ramon Laguarta.

« Je suis plutôt optimiste, d’ici 2030, nous n’aurons pas complètement résolu le problème mais nous aurons fait d’énormes progrès », a-t-il ajouté, en réponse à une question sur la possibilité de régler cette question dans les dix ans.

Le PDG de Coca-Cola James Quincey a pris le même engagement, en soulignant que dans certains pays, comme le Mexique ou l’Afrique du Sud, la part des bouteilles recyclées avait déjà grimpé de 10% à 70%.

Mais pas question pour ces industriels de réduire drastiquement leur usage du plastique, comme le préconisent certains défenseurs de l’environnement.

« Nous devons récupérer les bouteilles » en plastique, pour les recycler et créer une économie circulaire, a plaidé M. Quincey, qui table aussi sur « l’innovation » pour parvenir à créer des matériaux plus écologiques.

« Bouteilles en verre ou en plastique, cannettes en aluminium, machines à soda (…) Nous devons offrir au consommateur un choix plus vaste de contenants », a-t-il ajouté en assurant qu’une bouteille en plastique avait une empreinte carbone inférieure à un contenant en verre ou en aluminium.

Pressions des consommateurs, durcissement des législations… le secteur est condamné à évoluer, ont reconnu les deux patrons.

Quelque 80% des plastiques finissent dans les océans, soit entre 8 et 12 millions de tonnes chaque année, selon l’ONU qui estime que si la tendance se poursuit, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan d’ici 2050.

L’Union Européenne prévoit notamment d’interdire dès 2021 les produits en plastique à usage unique qui représentent à eux seuls 70% des déchets échoués dans les océans et sur les plages.

« Quand on pense que c’est une bonne chose et qu’il faut le faire, autant monter dans le train que de se faire écraser », a conclu le PDG de Coca-Cola.

Avec VoaAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here