La 2ème édition du Forum international sur le coton organisée au Mali

0

Bamako, la capitale malienne va abriter du 7 au 9 mars 2019 la 2ème édition du Forum international sur le coton. L’événement organisé par l’Association des jeunes pour la valorisation du coton (AJVC) a pour mission de donner un nouvel élan à la culture cotonnière au Mali. C’est ce qu’a révélé Abdrahamane Sy, président de l’AJVC au cours d’une conférence de presse, samedi 16 février 2019, au Mémorial Modibo Keïta. Cette année l’événement est placé sous le thème : « la problématique d’acquisition de la matière première du coton pour la meilleure compétitivité de nos industries locales ».

Au programme de cette 2ème édition du forum international sur le coton, il est prévu une foire d’exposition, une conférence débat, un forum sur la valorisation du coton, une résidence show-room et le coton awards, a expliqué Abdrahamane Sy. Selon lui cette 2ème édition va enregistrer la présence de 200 invités professionnels du secteur et de plus 500 participants prendront part à cette rencontre.

« L’objectif du forum est d’analyser le bilan de la filière coton et de faire des recommandations pertinentes pour l’atteinte de l’objectif 800 000 tonnes et la valeur ajoutée de 15% de transformation locale » a-t-il déclaré. Et d’ajouter que le résultat attendu est de faire un document de plaidoyer sur les recommandations, qui sera remis au Gouvernement et à l’ensemble des acteurs financiers évoluant dans le secteur coton qui permettra l’élaboration d’une politique nationale de la promotion et la transformation industrielle et artisanale du coton. De passage, il a signalé que l’Association des Jeunes pour la Valorisation du coton est un regroupement de jeunes, membre du Conseil National de la Jeunesse qui a pour objectif de créer des conditions optimales favorables pour le développement, la promotion et la valorisation du coton. Elle est apolitique et à un but non lucratif.

Pour sa part, le parrain de l’événement, par ailleurs président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola a souligné qu’on a tout dit et tout écrit dans ce pays, mais qu’il ne reste que le travail. Lequel que personne ne viendra faire à notre place: « le Mali n’est pas un pays pauvre et est loin être un pays pauvre ».

A l’en croire, le Mali bénéficie de la terre, de l’eau et du soleil, malgré tout, les gens crient qu’il n’y a pas de travail alors, qu’il y a du travail dans les champs. La réalité selon lui, est que personne ne veut cultiver la terre. Il regrette qu’on ne puisse pas laisser en paix au Mali les quelques personnes qui ont osé injecter leur sou dans la construction des usines.

« Sans la paix et la sécurité personne n’aura le courage de venir investir au Mali » a déclaré le président de l’APCAM. Pour lui, la valeur du coton est inestimable en commençant par sa culture jusqu’à sa transformation en tissus, huile et autres. Il estime que le Gouvernement ne peut pas donner de l’emploi à toutes les personnes, qu’il faut que les privés à leur tour, accompagnent l’Etat.

Avant de terminer, il a affirmé que notre pays n’a pas besoin de critiques, mais du travail, car c’est incompréhensible que le Mali soit le premier producteur du coton en Afrique et qu’il ne parvient pas à transformer les 2%.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here