La séquestration du carbone dans les sols et forêts, une pratique à connaître

0

De nouvelles stratégies et des politiques appropriées pour la gestion de l’agriculture et de la sylviculture sans occulter les forêts doivent être développées. Une option concerne la séquestration du carbone dans les sols ou la biomasse terrestre, en particulier les sols utilisés pour l’agriculture ou la sylviculture.                     

Depuis 2016, la séquestration de carbone dans les sols et les forêts doit être prise en compte dans l’élaboration des Plan climat-air-énergie territorial (PCAET). Cependant, du fait de moyens souvent limités et de manque d’expertise sur le sujet, les EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunaux) se retrouvent parfois démunis face à cette thématique.

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a donc développé un outil simple permettant de réaliser un premier diagnostic sur la séquestration carbone des sols et forêts dans les EPCI. Il permet également d’évaluer le potentiel de la maîtrise de l’artificialisation des sols ou de certaines pratiques agricoles dites « stockantes » sur un territoire. L’outil ALDO a pour but de fournir un document d’appui aux Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) pour l’élaboration de leur PCAET, et de sensibiliser les acteurs aux enjeux liés aux sols et à la préservation des forêts sur leur territoire. Réservoirs naturels de carbone, les sols et forêts ont en effet de forts potentiels de stockage de carbone et apparaissent aujourd’hui comme des éléments clés pour améliorer les bilans de Gaz à effet de serre (GES) des territoires.

Cette webconférence s’adresse principalement aux bureaux d’études qui accompagnent l’élaboration des plans climat-air-énergie territorial (PCAET), en particulier intéressés par la valorisation de l’agriculture et la forêt dans le cadre des objectifs de lutte contre le changement climatique.

Elle vise à donner des éléments sur les questions suivantes :

Quels sont les enjeux de la séquestration de carbone dans les sols et forêts dans un plan climat ? Quels sont les leviers d’actions ? Quels sont les outils et ressources disponibles pour prendre en compte cette thématique dans les PCAET ?

En définitive, on peut penser que la prise de mesures sur la séquestration du carbone selon le protocole de Kyoto stimulera non seulement des changements importants dans la gestion du sol, mais aura aussi, par l’augmentation de la teneur en matière organique, des effets directs sensibles sur les propriétés du sol et un impact positif sur les qualités environnementales ou agricoles et la biodiversité. Les conséquences incluront une fertilité du sol accrue, et une augmentation de la productivité du sol pour la production des aliments et la sécurité alimentaire. Cet instrument économique rendra aussi plus durables les pratiques agricoles et aidera à prévenir ou à atténuer la dégradation des ressources du sol.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here