2 tonnes d’écailles de pangolins et 200 tonnes de pointes d’ivoire saisies au Cameroun

0

Saisie record au Cameroun. L’annonce a été faite le 14 mars 2019 par le ministre Camerounais de la Forêt et de la Faune, Jules Doret Ndongo, qui a par ailleurs affirmé que les autres trafiquants d’espèces animales protégées au Cameroun ont été appréhendés,  alors qu’ils s’apprêtaient à vendre le produit de leur larcin à un fourmilier écailleux. 

« Nous avons réussi à interpeller quatre trafiquants qui s’apprêtaient à vendre 2 tonnes d‘écailles de pangolin et 200 pointes d’ivoire », a-t-il déclaré.

« C’est une énorme saisie, d’habitude nous saisissons des dizaines, quelques fois des centaines de kilos d‘écailles. Ici on parle de plus de deux tonnes », selon Eric Kaba Tah, directeur adjoint de l’Organisation Non Gouvernementale LAGA. Ces trafiquants font partie d’un réseau qui exportait habituellement leurs produits vers le Nigeria, a-t-il ajouté. Cette saisie record est estimée à 150 millions de francs CFA (environ 227.000 euros), selon cette source.

Les écailles de pangolins sont recherchées en Asie du Sud-Est pour leurs prétendues propriétés médicinales contre l’acné, le cancer et l’impuissance.

Le réseau achetait des pangolins auprès de petits trafiquants du Cameroun, de Centrafrique et de la RDC, explique le responsable du Laga. Les écailles des animaux sont ensuite expédiées au Nigeria, à partir du Cameroun, avant d’être assemblées pour l’exportation illégale, notamment vers des pays d’Asie, apprend-on encore. La demande asiatique croissante, a renforcé la menace sur le pangolin, une des espèces animales protégées les plus braconnées au monde, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Malgré l’interdiction de son commerce depuis 2016, l’animal peut encore s’acheter dans des échoppes de Hong Kong, où ses écailles se vendent à prix d’or. Un million de pangolins ont été chassés dans les forêts d’Afrique et d’Asie au cours des dix dernières années, à mesure que l’appétit pour le quadrupède s’envolait en Chine ou au Vietnam.

Les écailles du pangolin sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise et sa viande est appréciée dans plusieurs pays d’Asie et d’Afrique. Le commerce international de huit espèces (quatre asiatiques et quatre africaines) de ces petits mammifères longs de 30 cm à 80 cm est interdit par la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction . Certaines espèces sont classées « en danger », d’autres « en danger critique ».                          

Quant au commerce illégal d’ivoire, il est la troisième forme de trafic le plus rentable après les stupéfiants et les armes. Il est alimenté par une forte demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d‘éléphant sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation. Il peut être revendu jusqu‘à 7.000 euros le kilo.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire