La Journée internationale sans viande célébrée le 20 mars

0

Le 20 mars 2019, l’humanité entière a célébré la 35ème édition de la Journée internationale sans viande, lancée en 1985 aux États-Unis. Cette année, la Journée a un écho plus important au sein de la société.

D’origine américaine, cet événement a été inventé par l’organisation FARM qui milite pour une alimentation sans viande, pour le respect des animaux, la préservation de la planète et l’amélioration de la santé humaine. Le « Meat Out Day » est relayé par la plateforme International campaigns, qui milite pour les droits des animaux.

Le but de cette journée est d’informer le public des modes d’alimentation plus éthiques par rapport à l’environnement et les animaux. Le public est invité à s’informer autour du végétarisme, du végétalisme et du véganisme « pour aider la population à se débarrasser de la viande et lui faire découvrir des produits et plats végans par exemple ». Aujourd’hui, l’idée c’est de montrer que la consommation de viande est néfaste aussi pour l’environnement.

Des actions de sensibilisation aux conséquences de la consommation de viande sont organisées. La volonté est également de montrer qu’il y a d’autres alternatives. La 35ème édition de la Journée internationale sans viande est l’occasion de découvrir des recettes, des produits et des plats sans viande.  

Si la tendance actuelle n’est pas inversée, ce ne sont plus environ 55 milliards d’animaux (chiffre annuel actuel déjà effroyable) mais 120 milliards d’animaux (des êtres sensibles) qui seront reproduits, élevés et abattus CHAQUE ANNÉE d’ici à 2050 pour la consommation humaine à travers la planète. Si vous arrêtez d’acheter et de manger de la viande, ils arrêteront de tuer des animaux. Une simple question de demande et d’offre.

Pour sa santé

Des études démontrent qu’une alimentation végétarienne réduit l’exposition aux principaux fléaux sanitaires de nos sociétés : maladies cardiovasculaires, AVC et autres cancers. Manger végétarien limite les risques liés à la maladie de la vache folle, à la bactérie E. Coli, aux salmonelloses et autres agents pathogènes mortels.

Pour lutter contre la faim dans le monde

Arrêter de manger de la viande, c’est contribuer à ce que les gigantesques quantités de céréales et de légumineuses actuellement utilisées pour nourrir le « bétail » des pays riches soient consacrées aux humains qui ont faim sur cette planète.

925 millions d’êtres humains, soit 75 millions de plus qu’en 2007, souffrent officiellement de malnutrition dans le monde tandis que l’on engraisse la vache du riche avec le grain du pauvre. Ne plus manger de viande, c’est se montrer solidaires avec les enfants, les femmes et les hommes qui meurent de faim tandis que d’autres mangent trop.

Pour l’environnement

Renoncer à la viande, c’est participer à la préservation de l’environnement (forêts, prairies, espaces sauvages,…). C’est réduire la pollution de l’air et des nappes phréatiques provoquée par les rejets des élevages industriels (méthane, lisiers,…). C’est éviter que de phénoménales quantités d’eau potable soient gaspillées pour produire de la viande.

L’élevage des animaux pour la consommation humaine (chair mais aussi sous-produits dont lait et œufs) à l’échelle mondiale a un impact direct et catastrophique sur les changements climatiques actuels. Pour réduire votre empreinte carbone sur la planète, commencez par faire évoluer votre assiette et par ne plus manger de viande.

« Quiconque veut sauver la planète doit commencer par arrêter de manger de la viande. C’est le plus important que l’on puisse faire. Quand on y pense, le végétarisme est une approche globale remarquable qui permet de lutter tout à la fois contre les problèmes d’environnement, de la faim dans le monde et de la cruauté envers les animaux », détaille Paul McCartney

En résumé, leur avenir, celui des animaux brutalement exploités pour devenir de la viande, des humains affamés et de la planète sévèrement endommagée, est entre vos mains.

Moctar FICOU / VivAfrik                             

Laisser un commentaire