Une conférence sur le Géodata pour l’eau et l’agriculture prévue au Burkina Faso

0

Ouagadougou, la capitale du burkinabè va abriter du 17 au 18 avril 2019 une conférence régionale sur les services informatiques et de données géo-spatiales dans les domaines de l’agriculture et de l’eau. Cette rencontre régionale de haut niveau sera tenue sous l’égide de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), l’Organisation Spatiale Néerlandaise (NSO) et le ministère Néerlandais des Affaires Étrangères (MoFA) aura pour thème : « Les services informatiques et de données géo-spatiales dans le domaine de l’agriculture intelligente face au climat (AIC) : le numérique pour accroître les opportunités d’affaires et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes », indique un communiqué de presse parvenu à VivAfrik.

La cérémonie qui aura lieu à l’hôtel Laico Ouaga 2000 sera sous le patronage du ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles et comme co-patronage la ministre du Développement de l’Economie Numérique et des Postes.

Les objectifs visés sont surtout de promouvoir l’utilisation des données géographiques et des technologies modernes (TIC), pour développer une agriculture intelligente face au climat ; et catalyser les partenariats, en vue de stimuler l’utilisation généralisée des expériences durables, au bénéfice des femmes et des jeunes.

Une centaine d’Experts venant des Institutions publiques et privées, des secteurs des TICS, de l’eau, de la sécurité alimentaire, du changement climatique et du monde géo-spatial, de  l’Afrique de l’Ouest et de l’Europe sont attendus à ce rendez-vous.

Il y aura entre autres programmes la signature de convention de partenariat SNV/Ambassade des Pays-Bas ; un Panel de Haut Niveau sur le thème : La digitalisation de l’agriculture en Afrique et une Conférence de presse avec le Ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles et la Ministre du Développement de l’Economie Numérique et des Postes.

En effet, dans la région du Sahel la variabilité climatique est accentuée ces dernières années avec des évènements de sécheresse extrême, des régimes de pluie plus irréguliers, des crues importantes ayant pour conséquence une saison de croissance et de récolte moins prévisible et ayant une influence sur les conflits entre agriculteurs et éleveurs. Par conséquent, les interventions pour une agriculture intelligente face au climat sont cruciales au Sahel, note le communiqué.

En outre, renseigne la même source, la région du Sahel fait face à une population croissante de jeunes sans emploi. Le rôle de la technologie pourrait permettre de rendre l’agriculture plus attrayante pour les jeunes africains, génération qui joue un rôle clé dans la réalisation du développement durable du continent africain.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent jouer un rôle essentiel pour transformer l’agriculture en un secteur rémunérateur et rentable. Plus de 100 organisations de 14 pays partenaires ont lancé 23 projets G4AW1 au total, sur financement du gouvernement néerlandais. Ils construisent des modèles commerciaux pour des partenariats public / privé afin de fournir des services financièrement viables. Les organisations impliquées utilisent les technologies et les services existants, responsabilisant les acteurs les plus importants de la chaîne de production alimentaire : agriculteurs, pêcheurs et éleveurs. L’examen à miparcours du programme a montré que même s’il était trop tôt pour tirer des conclusions définitives, les perspectives sont positives : dans certains projets, le nombre de clients dépassera probablement le nombre de clients initialement envisagé.

NSO (Organisation Spatiale Néerlandaise) et le Ministère Néerlandais des Affaires Étrangères (MoFA) veulent partager les résultats et les leçons tirées de ces projets (analyses de rentabilité, partenariats, atteindre et comprendre les petits exploitants et les pasteurs) afin de se préparer pour l’avenir. Ils souhaitent également explorer les moyens de reproduire et/ou de mettre à l’échelle, les services G4AW dans d’autres régions. Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here