Kenya : un monstre en plastique envoyé à l’usine de Nestlé

0

Tous les moyens sont bons pour amener les entreprises à mettre fin à leur dépendance dans l’utilisation du plastique. C’est ce qu’ont compris les volontaires et activistes de Greenpeace Afrique qui ont déposé un monstre partiellement recouvert d’emballages en plastique de la marque Nestlé directement à sa source, à savoir : l’usine de Nestlé qui dessert le Kenya et d’autres pays d’Afrique de l’Est, appelant la multinationale à abandonner définitivement cette pratique.

Ces activistes ont également organisé des manifestations dans les bureaux de Nestlé aux Philippines, en Allemagne et dans d’autres pays du monde, dans le cadre d’une journée mondiale d’action dirigée par Greenpeace et ses alliés du mouvement Break Free From Plastic.

En réponse à la journée mondiale d’action contre Nestlé, Amos Wemanya, chargé de campagne Plastique à  Greenpeace Afrique, a fait des déclarations fracassantes relayées par nos confrères du site d’information lactuacho.com. « L’année dernière, Nestlé a produit 1,7 million de tonnes d’emballages en plastique, ce qui représente près de 300 camions à ordures par jour, soit une augmentation de 13% par rapport à l’année précédente. Il est important que des entreprises comme Nestlé stoppent la production de plastiques à usage unique et repensent leur système d’emballage ».

«Dans l’intérêt de notre planète et de la santé humaine, Nestlé doit immédiatement réduire sa production d’emballages à usage unique et investir dans des systèmes de distribution basés sur la recharge et la réutilisation », poursuit-il.

«Aujourd’hui, partout dans le monde, des personnes agissent pour demander à Nestlé de faire preuve d’un véritable leadership et de faire face à la culture du jetable qui sous-tend son modèle commercial actuel. En parlant de leadership, cela ne veut pas dire qu’il faille remplacer le plastique par un autre matériau à usage unique, tel que le papier ou le bioplastique, ce qui n’aura pour effet que d’atténuer les effets destructeurs de la culture du jetable sur les forêts et les terres agricoles du monde. Dans l’intérêt de notre planète et de la santé humaine, Nestlé doit immédiatement réduire sa production d’emballages à usage unique et investir dans des systèmes de distribution basés sur la recharge et la réutilisation ».

De Manille à Rotterdam, et tout le long du Rhin avec un «monstre en plastique» jusqu’au siège de Nestlé en Suisse, Greenpeace n’a pas arrêté de sensibiliser le public sur la crise de la production de plastique dans les villes et les villages du monde entier.

L’année dernière, les volontaires de Greenpeace Afrique ont soutenu le mouvement Break Free From Plastic à travers l’Afrique. Ils ont mené des audits de marque à l’issue desquels Nestlé figurait parmi les trois plus grands pollueurs  plastique au monde! En Afrique, Nestlé fabrique un grand nombre de divers produits, allant des produits ménagers aux boissons et bouteilles d’eau.

Greenpeace exige que les sociétés de biens de consommation rapide, telles que Nestlé, Unilever, Coca-Cola, PepsiCo, Danone, Johnson & Johnson et Mars, fassent preuve de transparence et s’activent dans leurs initiatives de réduction immédiate de la production d’emballages en plastique, tout en investissant dans des solutions alternatives de distribution de recharge et de réutilisation. À ce jour, plus de 3 millions de personnes dans le monde entier ont signé une pétition appelant les marques à agir.

Moctar FICOU / VivAfrik               

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here