La presse fait écho de la formation des journalistes africains sur le développement durable

0

Plusieurs médias en ligne se sont emparés des sujets phares en vogue ces derniers jours sur le continent noir à savoir la formation des journalistes africains sur le développement durable, l’« étroite » collaboration de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) avec les institutions de l’Organisation des Nations unies (ONU) au profit de l’Ethiopie et l’innovation.

« Des journalistes Africains formés sur le développement durable par la BAD à Abidjan », titrent nos confrères d’apanews.net. Si l’on se fie à média cité, vingt-sept journalistes issus de différentes régions de l’Afrique ont entamé jeudi 30 mai 2019 au siège de la Banque africaine de développement (BAD) à Abidjan, une formation sur les questions du développement durable avec à la clé la visite d’un pôle de croissance à Yamoussoukro.

« Durant trois jours, ces journalistes seront instruits sur le  développement durable et le Programme High 5 de la BAD, la feuille de  route de l’institution financière, qui met l’accent sur cinq grandes  priorités pour transformer la qualité de vie des populations africaines. Les High 5 prônent notamment une  croissance inclusive et verte. Elles allient l’Agenda 2030 de  l’Organisation des Nations-Unies (ONU) ainsi que l’Accord de Paris sur  le climat à l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) », lit-on dans le quotidien. 

Qui précise que cet atelier vise à amener les journalistes participants, au-delà des  déclarations et des communiqués de presse, à diagnostiquer les besoins  réels des communautés à travers l’Afrique, avec des regards de décideurs  pour comprendre que le monde des affaires peut jouer un rôle dans le  développement durable. 

« A Yamoussoukro, la  capitale politique du pays, située dans le centre ivoirien, les  journalistes auront à faire, vendredi, un reportage dénommé « Projet  Bélier ». Cela devrait leur permettre d’enquêter, analyser et de rendre  compte dans des groupes de travail », a en outre précisé le journal.

De son côté, aip.ci qui confirme la tenue de cet atelier de formation sur la terre ivoirienne note à sa Une : « Côte d’Ivoire / Des journalistes africains s’informent du développement durable à Abidjan ». Dans les colonnes du journal ivoirien, on peut lire : « une trentaine de journalistes issus de pays d’Afrique Centrale, du Nord et de l’Ouest sont réunis à Abidjan, de jeudi à samedi, dans le cadre d’une formation sur le développement durable. Initiée par la Banque africaine de développement (BAD), cette formation est assurée notamment par deux journalistes britanniques, Nicholas Phythian et Jo Winterbottom, de la Fondation Reuters ».

Poursuivant leur argumentaire, le média indique que « les modules portent, entre autres, sur les questions climatiques, économiques et financières, l’argent public et la réponse institutionnelles. La session est marquée par une visite de projets agricoles dans la région du Bélier, notamment à Yamoussoukro et ses environs ».

D’après la cheffe du département de la BAD en charge des nouveaux médias et relations presse, Nafissatou Diouf qui s’est confiée à aip.ci, « cette session, première du genre en Afrique de l’Ouest, vise à rafraîchir les connaissances des journalistes participants, avec l’avènement des nouveaux médias. Elle sera suivie d’une seconde courant novembre en Afrique du Sud, à l’attention des journalistes de la région Afrique Australe et de l’Est ».

Autre journal, autre sujet. reussirbusiness.com a porté son dévolu sur la rencontre entre la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe et les principaux responsables des institutions des Nations Unies en Éthiopie. Suffisant pour le journal de titrer : « La CEA pour une collaboration « étroite » avec les institutions de l’ONU en Éthiopie ». Selon la source citée, la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, a rencontré mercredi 29 mai 2019, les principaux responsables des Institutions des Nations Unies en Éthiopie afin de discuter des moyens à mettre en place pour que le système des Nations Unies en Afrique puisse mieux coordonner et unir leur action.

« Les chefs des Nations Unies ont discuté des mesures à prendre pour mieux œuvrer ensemble dans le cadre des réformes en cours des Nations Unies alors qu’ils cherchent à soutenir pleinement la quête de l’Union africaine à trouver la paix et réaliser un développement durable sur le continent. En particulier, la réunion a porté sur la mise en œuvre du cadre conjoint ONU-UA pour un partenariat renforcé pour la paix et la sécurité et du cadre UA-ONU pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 et du Programme de développement durable à l’horizon 2030 », a-t-on informé dans les colonnes du journal.

« Mme Songwe a insisté sur la nécessité pour la CEA et les Institutions des Nations Unies en Éthiopie de conjuguer leurs efforts, notamment en ce qui concerne une coopération et une collaboration étroites dans tous leurs travaux, et a souligné la nécessité de rendre compte de leurs travaux de manière collective, cohérente et alignée », ajoute notre source.

De son côté, africanshapers.com braque sa plume sur le secteur de l’innovation et titre à cet effet : « Innovation Challenge : Nestlé lance un appel à candidatures aux Startups et aux universités en Afrique ». « ‘’Research and Development’’ (RD) Innovation challenge, dont le lancement a été annoncée le lundi 27 mai au Ghana, se déroulera également en Côte d’Ivoire, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal et en Afrique du Sud. Le défi, explique Nestlé, contribuera à stimuler l’esprit d’entreprise local et fournira une plate-forme aux start-ups (AgTech et FoodTech) et aux universités pour contribuer à la croissance locale durable en apportant des idées novatrices sur le marché », renseigne le journal.

Pour qui, « l’objectif est de collaborer avec les startups et les universités afin d’identifier des solutions scientifiques et technologiques durables et évolutives permettant d’accélérer l’innovation de produits répondant aux besoins des consommateurs locaux. « R & D » Innovation challenge recherche des solutions innovantes dans quatre domaines: des solutions d’emballage respectueuses de l’environnement, des plantules de cacao durables, une nutrition abordable et de nouvelles voies de commercialisation ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire