L’Afrique au cœur des Journées mondiales de l’environnement et des océans

0

A l’instar des autres continents, les pays africains ont porté la pierre à l’édifice lors de la célébration des Journées mondiales de l’environnement et des océans. Commémorées respectivement les 5 et 8 juin 2019, ces événements ont permis à l’Afrique de multiplier des gestes salvateurs au profit de la planète terre.   

Opération de nettoyage de la plage des Oudayas

Une opération de nettoyage de la plage des Oudayas de Rabat a été organisée, lundi 3 juin 2019, à l’initiative des ambassades des pays nordiques accréditées au Maroc en collaboration avec des acteurs de la société civile, une action qui s’ajoute aux efforts du Royaume dans la lutte contre la pollution des mers et des plages. Le coup d’envoi de cette opération, initiée en célébration de la Journée mondiale de l’océan placée cette année sous le thème « l’océan et le genre », a été donné par les ambassadeurs de Norvège, de Finlande, de Suède et du Danemark, les quatre chevilles ouvrières de cette importante action de sensibilisation et de mobilisation pour la protection du littoral, l’objectif étant notamment d’encourager l’engagement citoyen pour trouver des solutions aux défis environnementaux, apprend on d’hespress.com.

Abdou Karim Sall lance un cri de détresse !

« Dakar, la ville la plus polluée de l’Afrique. C’est une psychose, cette information n’est pas vérifiée ». C’est du moins ce que constate le ministre de l’environnement et du développement durable, Abdou Karim Sall. Il a tenu ses propos, dimanche 9 juin 2019, en marge de la journée mondiale de l’environnement. A en croire, le ministre sénégalais « le Sénégal fait partie des rares pays d’Afrique à bénéficier d’un centre de gestion de la qualité de l’air ». « Comment on peut qualifier Dakar comme la ville la plus polluée d’Afrique alors que les autres villes africaines ne délivrent pas leurs mesures qui sont communiquées à la communauté mondiale » se demande-t-il dans les colonnes d’africtelegraph.com.

La pollution plastique cause de dommages considérables à nos ressources marines

Depuis quelques décennies, les pressions anthropiques pèsent lourd sur les écosystèmes marins et la santé des océans. La capacité de l’océan à continuer à nous nourrir et nous fournir des services essentiels à la vie est fortement menacée. En cause, la surexploitation des ressources, la pêche illégale, les pollutions plastiques, etc. Il devient urgent d’arrêter le flot rapide de la pollution plastique, qui accentue la pression des déchets sur les vastes étendues de l’océan. Samedi, à la faveur de la journée mondiale des océans, le défi est au nettoyage des côtés. Difficile voire impossible. Mais les amis de la mer ne se découragent pas. La RIM Youth Climate Movement et ses partenaires, le BACOMAB, la GIZ, l’ONG Biodiversité, Clean beach en collaboration avec le MEDD ont décidé de célébrer ensemble la journée mondiale des océans sous le slogan « océans sans plastiques ». L’idée consistait à mettre l’accent sur la prévention de la pollution par les plastiques dans nos plages. Pour Le Coordinateur national de RIM Youth Climate Movement, « cette journée permettra de poursuivre la mobilisation pour faire reconnaitre le rôle essentiel de l’océan dans la machine climatique.»

La célébration de cette journée à travers cette campagne de mobilisation et de sensibilisation sur les enjeux liés à la protection des océans et du littoral est une occasion unique de faire prendre conscience de l’importance de nos océans et la nécessité de les protéger. C’est le moment de se rappeler que nous sommes tous liés aux océans, peu importe d’où nous vivons.  « Pour dire les choses simplement, les déchets que nous envoyons dans l’océan, détruisent, tuent, diminuent dangereusement des ressources vitales et insidieusement reviennent dans nos assiettes pour créer des problèmes de santé publique. Protéger les océans, c’est donc se protéger soi-même et donner la chance aux futures générations de jouir de ce dont nous avons profité »  Joignant l’utile à l’agréable, une forte mobilisation des enfants de 10 à 16 ans en provenance de l’école Noura et de l’association APEFAS a permis d’initier les jeunes à un tri sélectif en mettant l’accent sur le type de déchets que l’homme renvoie à la mer et la durée de vie de ces déchets et les conséquences induites. Cette activité s’est achevé avec une image aérienne prise par En Haut avec les enfants inscrivant le mot « OCÉAN » sur 22 mètres, indique le journal cridem.org.

Océans : Abidjan polluée par les déchets plastiques

 Le samedi 8 juin 2019 était célébrée la journée mondiale des océans. Depuis 1992, cette initiative vise à sensibiliser les populations à la préservation des océans, devenue un véritable défi planétaire. Exemple à Abidjan, où les déchets plastiques polluent, selon rfi.fr, l’espace maritime.

Journée mondiale des océans : enjeux et défis

Les femmes et les hommes de l’océan : enjeux et défis pour l’amélioration des conditions de travail et d’existance des femmes dans le secteur de la pêche artisanale Dans la plupart des pays africains côtiers, la pêche artisanale est la colonne vertébrale des communautés côtières, et son dynamisme est une garantie d’un développement durable. Un aspect essentiel pour la durabilité des communautés, c’est d’assurer des conditions de vie et de travail décentes aux femmes et aux hommes de ces communautés, signale le quotidien aprapam.org.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here