Les énergies renouvelables et l’agriculture pour booster les emplois au Maroc

0

De nombreux secteurs tels que le domaine des énergies renouvelables, celui de l’agriculture, la pêche, la chasse… se présentent comme une solution de lutte contre le sous-emploi en Afrique. Dans son rapport annuel sur les énergies renouvelables et l’emploi, (Renewable Energy and Jobs – Annual Review), rendu public jeudi 13 juin 2019, par exemple, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) stipule que l’évolution des emplois dans les énergies renouvelables en Afrique et au Maroc en particulier est encourageante. Une grande part des emplois a été générée par Noor Ouarzazate. Une installation solaire, composée de trois centrales solaires concentrées et un ensemble des modules photovoltaïques (PV) situés dans le centre de la région du Drâa-Tafilalet, affirme IRENA. Le rapport de l’IRENA souligne que le Maroc avance à pas sûrs vers la transition énergétique et la diversification de son mix électrique, à travers le recours aux énergies renouvelables. Celles-ci représentent 35% dans le mix énergétique avec une capacité installée de plus de 2.965 mégawatts, a d’emblée indiqué hespress.com. 

Recours au personnel local

La plupart des emplois a été générée par Noor Ouarzazate. L’énergie a encouragé le recours au personnel local et matériaux et que les engagements des porteurs de projets étaient plus élevés que le minimum requis. En moyenne, la part des ressortissants marocains qui travaillent à Noor est de 70%. Le taux moyen de travailleurs locaux est passé de 30% à Noor Ouarzazate I à 50% à Noor Ouarzazate II et III. Dans le monde, 11 millions de personnes occupaient un emploi lié aux énergies renouvelables en 2018, selon les dernières analyses publiées par IRENA. Ce chiffre est à mettre en regard de celui de 2017, où le nombre d’emplois s’établissait à 10,3 millions, explique la même source.            

Posent la première pierre de la prochaine centrale électrique de Kékéli (Togo)

Le Premier Ministre de la République Togolaise, Monsieur Komi Sélom Klassou, procède à la pose de la première pierre de la prochaine centrale électrique de Kékéli. Le Premier Ministre de la République Togolaise, Monsieur Komi Sélom Klassou, procède à la pose de la première pierre de la prochaine centrale électrique de Kékéli.

Le Président de la République Togolaise, Faure Essozimna Gnassingbé, son Premier ministre, Komi Sélom Klassou, le Président du Conseil d’Administration d’Eranove et Co-CEO d’Emerging Capital Partners, Vincent Le Guennou, ainsi que le Directeur général du groupe industriel panafricain Eranove, Marc Albérola, et le Directeur général de Kékéli Efficient Power, Mansour Touré Tia, ont procédé à la pose de la première pierre de la future centrale électrique Kékéli (Kékéli signifiant « aurore » en langue Mina), qui sera située dans la zone du port de Lomé. Cette cérémonie intervient dans un temps record pour des projets de cette complexité après la signature, le 23 octobre 2018, de la convention de concession de production d’électricité pour la conception, le financement, la construction, la mise en service, l’exploitation et la maintenance de cette future centrale. D’une puissance installée de 65 MW, la centrale thermique de Kékéli utilisera la technologie du cycle combiné et permettra de fournir une énergie électrique additionnelle pour l’équivalent de plus de 250 000 foyers togolais. Cette technologie permet notamment de produire plus d’électricité sans consommation additionnelle de gaz et en limitant les rejets de CO2 dans l’atmosphère, rapporte Ecofin.

Salon de la chasse « Game Fair 2019 » : le Maroc à l’honneur   

Game Fair, la plus grande vitrine de la chasse en France s’est déroulée du 14 au 16 juin à Lamotte-Beuvron (France). Pour cette 38ème édition, c’est le Maroc qui est mis à l’honneur. Pour la première participation officielle du Royaume à ce rendez-vous annuel incontournable pour des milliers d’adeptes et de professionnels, plus de 80.000 personnes découvriront les atouts du Maroc dans les domaines de la chasse et de la pêche, indique le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, des Eaux et Forêts et du Développement durable. La culture marocaine de la chasse et de la pêche, les traditions de la gastronomie du pays, des animations avec de la fauconnerie, des parades, de la danse et des spectacles équestres, seront proposés aux visiteurs de cette véritable vitrine de la culture marocaine, renseigne hespress.com.

Mise en œuvre et le suivi des au ODD au Maroc

La «2ème Consultation nationale sur la mise en œuvre et le suivi des Objectifs de développement durable (ODD)» s’est déroulée du 12 au14 juin 2019 à Rabat et à Salé. Organisé conjointement par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI), le Haut-commissariat au Plan (HCP) et le Système des Nations unies au Maroc, cet événement s’inscrit dans le cadre de l’élaboration du Rapport national sur les ODD. Lors de la séance inaugurale, la secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangère, Mounia Boucetta a rappelé les objectifs de cette deuxième consultation, à savoir «sensibiliser les différents acteurs nationaux quant au défi des ODD 2030» et «recenser les acquis et tenter de surmonter les défis déterminés au cours de la mise en œuvre, quatre ans après l’adoption de l’agenda 2030». Lors de cet événement, Mounia Boucetta, a mis en exergue l’Initiative nationale du développement humain (INDH) lancée par S.M le Roi Mohammed VI en 2005. La secrétaire d’Etat a, également, rappelé le lancement de la troisième phase qui s’étale sur 4 ans (2019-2023). Mounia Boucetta a fait savoir que le Royaume du Maroc se représentera l’année prochaine à l’examen volontaire pour exposer les avancées réalisées en matière d’engagement pour la mise en œuvre des ODD au niveau national, lit-on dans les colonnes de 2m.ma.                

Moctar FICOU / VivAfrik                       

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here