Roch Marc Christian Kaboré officiellement invité à la COP14 à New Dehli

0

Ibrahim Thiaw, Secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) a invité le Président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré à la COP14 à New Dehli, lors d’une audience entre les deux hommes à Ouagadougou jeudi 20 juin 2019, annonce un communiqué officiel sanctionnant cette entrevue. 

Le Secrétaire exécutif qui participait à un sommet sur la lutte contre la désertification dans la capitale burkinabè a également remis au président du Faso une invitation à participer à la 14ème Conférence des parties à la convention sur la désertification (COP14) qui se tiendra en septembre prochain à New Dehli en Inde.

Selon le communiqué transmis à la presse, cette rencontre va traiter de questions diverses comme le droit foncier, les relations entre les zones urbaines et rurales dans la production agricole, l’économie en zone rurale, les relations entre changement climatique, lutte contre la désertification et conservation de la biodiversité.

Ibrahim Thiaw a souhaité que le président du Burkina Faso, en tant que président en exercice du G5 Sahel et du CILSS (Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel), continue d’exercer son leadership dans le domaine de la lutte contre la désertification en partageant l’expérience burkinabè.

« Le Burkina Faso s’est toujours distingué par rapport à cette thématique depuis les années 1970. Récemment deux Burkinabè ont été distingués dans la lutte contre la désertification à savoir Yacouba Sawadogo pour le prix alternatif et Mathieu Ouédraogo que nous venons de distinguer », a relevé M. Thiaw.

A l’en croire, l’expérience burkinabè permettra d’expliquer au monde « la vraie lutte contre la désertification » et de divulguer des pratiques comme la production agricole dans des zones hostiles, l’accès à l’énergie solaire pour faciliter la production agricole, la conservation des aliments, le développement de la chaîne de valeur de production, et la promotion des femmes productrices. Ce qui permettra, selon lui, de maintenir les jeunes dans leurs terroirs.   

Moctar FICOU / VivAfrik                

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here