Engie pourrait devenir le leader de l’électricité hors-réseau en Afrique

0

Avec l’acquisition de l’allemand Mobisol, le groupe français Engie est en passe devenir leader du marché des installations solaires hors-réseau sur le continent africain. Les cartes changent de main sur le plateau du solaire hors-réseau africain. Le groupe français Engie a annoncé ce mardi l’acquisition de la firme allemande Mobisol, dont la procédure d’insolvabilité avait été révélée en avril dernier. Si le montant de l’opération n’a pas été communiqué, l’acquisition va permettre au groupe français d’étendre son offre d’électricité décentralisée au Rwanda, à la Tanzanie et au Kenya, et de renforcer sa position face à l’actuel leader du marché, le kényan M-Kopa qui a vendu près de 630 000 kits solaires depuis sa création en 2010. Selon la firme française, le créneau des produits à usage professionnel occupé par Mobisol, et celui des systèmes d’énergie solaire domestiques occupé par Fenix International (filialisé par Engie en 2017), lui permettront de proposer « une gamme inégalée de produits énergétiques abordables et d’atteindre la clientèle des zones rurales comme des zones urbaines », voire de dépasser M-Poka avec au total près de 650 000 kits solaires placés sous son giron. En effet, le groupe français est déjà présent à travers Fenix sur le marché des installations solaires domestiques au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, en Ouganda, en Zambie et au Mozambique, où il réunit au total 500 000 clients. Selon ses chiffres, 2,5 millions de personnes seraient impactées par l’électricité produite grâce à ses panneaux solaires. « Avec l’acquisition de Mobisol, Engie élargit son accès à un marché de millions de personnes qui ne sont pas connectées aux réseaux électriques et s’impose comme le leader du marché sur le continent », annonce la directrice générale du groupe, Isabelle Kocher dans le communiqué de presse. Fondée en 2011, Mobisol compte plus de 500 salariés et environ 1 200 installateurs prestataires. L’entreprise a déployé plus de 150 000 installations solaires domestiques, ce qui placera Engie -à condition que les autorités de régulation approuvent l’acquisition- légèrement devant son concurrent M-Kopa. Reste à voir quelle courbe suivra le marché, puisque celui-ci semble stagner depuis près de deux ans.

Le numérique au service de l’économie d’électricité

« On est juste en train de passer de la préhistoire à l’ère de la modernité. » Le directeur régional d’EDF Olivier Duhagon en est persuadé que le Datalab en cours d’expérimentation avec la mairie de Saint-Denis va entrainer une petite révolution dans le monde de l’électricité. « Au lieu de prendre connaissance tous les 6 mois de sa facture, il sera possible de la suivre heure par heure », illustre-t-il. Le Datalab est une base de données numérique qui recense et enregistre les dépenses en électricité, rendue possible avec l’installation des compteurs électriques numériques lancée il y a quelques années. Seuls certains sites communaux du chef-lieu en bénéficient en avant-première. 47 propriétés de la mairie, dont 25 sous le régime du tarif vert (très gros consommateurs, comme les terrains de football) sont supervisés à ce jour, EDF espérant dépasser les 150 points équipés d’ici à l’année prochaine, indique clicanoo.re.

Facturer le juste prix

Cette 1ere pour un territoire d’Outre-mer représente un « tournant très attendu » aux yeux du maire de Saint-Denis. « Nous savons qu’il y a d’autres besoins, sociaux en particulier, pénalisés par un manque de maitrise », explique Gilbert Anette. Grâce aux 4 mois d’expérimentation, l’hôtel de ville a pu diminuer sa consommation de 350 kWh par jour. Cela représente une économie potentielle de 6400 euros par an sur les 3 millions d’euros de facture annuelle de la mairie, simplement en optimisant l’usage de la climatisation et de l’éclairage. EDF ne sait pas encore si ce nouveau service sera payant, ni quand il pourra être étendu aux particulier, mais son directeur régional imagine déjà les effets positifs indirects du Datalab : « Les données étant rafraichies quotidiennement, on pourrait par exemple détecter plus rapidement les pannes sur l’éclairage public. » Autre avantage majeur, le suivi heure par heure permet de faire payer le juste prix au consommateur, qui n’aura plus à régulariser sa situation tous les 6 mois. En attendant, les Réunionnais équipés de compteurs numériques peuvent patienter en consultant leur facture d’électricité classique à tout moment, via l’application smartphone d’EDF, conclut le média.          

Moctar FICOU / VivAfrik          

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here