La Guinée œuvre pour plus de transparence sur ses activités minières

0

La Guinée Conakry semble être un bon élève dans les activités minières, même si d’importants progrès restent à faire. C’est du moins le constat fait par l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) qui a achevé, mardi 10 septembre 2019, une visite d’évaluation visant à s’enquérir du degré d’application de ses recommandations. L’objectif recherché est aussi de maintenir la Guinée parmi les pays jugés conformes.   

L’ITIE salue les « progrès significatifs » de la Guinée qui dépasse même ses exigences en matière de transparence des contrats miniers dont les copies sont accessibles sur un site.

Par contre, signale l’organisme, beaucoup reste à faire, si l’on se fie au directeur Afrique de l’ITIE, Bady Baldé indexant surtout l’attribution des licences. « De manière par exemple, à ce que les critères techniques et financiers soient accessibles à tout le monde qui demande la licence, dans quelles conditions, est-ce qu’ils ont les capacités nécessaires et est-ce qu’ils sont tous traités de la même manière », a-t-il expliqué.

Reste aussi à voir la propriété « réelle » des entreprises pour éviter l’évasion fiscale et surtout les conflits d’intérêt, mais aussi sur les infrastructures à destination des communautés. « On doit faire en sorte qu’il y ait un système de suivi et que ces coûts de mise en œuvre ne sont pas enflés, c’est-à-dire qu’on ne construit pas une école et qu’on facture le prix de deux ou de trois et puis qu’ils deviennent des dépenses déductibles des taxes », a encore expliqué Bady Baldé.

Seule fausse note, c’est qu’en Guinée les recettes fiscales n’augmentent pas de manière proportionnelle à la production, de bauxite par exemple. « C’est important de vérifier que toutes les entreprises sont traitées de la même manière et contribuent à la hauteur de leur production dans le budget de l’État. »

La Guinée vient de mettre en place un fonds de développement local. Il est encore trop tôt pour l’évaluer, dit l’ITIE, qui alerte néanmoins sur la nécessité de « diversifier » l’économie pour un développement réel. En résumé, la Guinée dispose des « meilleurs textes de loi ». Reste à les faire appliquer de manière systématique.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here