Mali – protection de l’environnement : partenariat fécond entre l’OMVS et les « Amis de la nature »

0

Ce jeudi 03 octobre 2019, l’association les Amis de la nature a procédé au reboisement du bosquet de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal, dans le cadre du programme de gestion environnementale et sociale. Lors de la rencontre, le Coordinateur régional de la cellule technique de l’OMVS s’est dit ému que les membres de l’association aient honoré l’événement de leur présence. D’ores  et déjà, la désertification et le changement climatique demeurent des défis majeurs de notre époque. Compte tenu de ces deux menaces, les autorités du Mali, à travers l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), multiplient les actions afin d’y faire face. Lançant officiellement, au mois d’août, la campagne nationale de l’environnement, le gouvernement malien et ses partenaires ont ainsi lancé un signal fort de protection environnementale. Pour sa part, l’OMVS, à travers son programme de gestion environnementale et sociale, et l’Association les amis de la nature, ont à leur tour décidé de laisser leur empreinte pour la clôture de cette campagne environnementale à travers le reboisement d’un bosquet de l’OMVS aux alentours de la ville de Kayes. Ne cachant pas sa joie de voir des jeunes décidés de faire de la question environnementale une priorité, Ibrahima Traoré,  Coordinateur régional de la cellule technique du programme de gestion environnementale et sociale, a salué les membres de l’association qui ont choisi Kayes pour cette occasion. À l’en croire, nombreux sont des jeunes qui prennent le financement et disparaissent sans réalisation. Et généralement, quand il s’agit des questions environnementales, certaines personnes pensent que c’est une peine perdue, a-t-il ajouté. « Tous les signaux montrent que la désertification et le changement climatique sont des menaces réelles. S’intéresser à la protection environnementale signifie simplement sauver la planète et des futures vies », indique bamada.net.

Afrique du Sud : Plus de 340 kg d’os de lions saisis à l’aéroport de Johannesburg

Plus de 340 kg d’os de lions ont été découverts à l’aéroport international de Johannesburg (Afrique du Sud) ce mardi. Les ossements, emballés dans du papier aluminium, se trouvaient dans douze caisses saisis par la douane, a annoncé ce jeudi le ministère de l’Environnement. Les caisses étaient destinées à la Malaisie. Trois suspects, tous étrangers, ont été arrêtés. Deux ont finalement été remis en liberté et le troisième est toujours en garde à vue. Le commerce mondial de morceaux de lions est interdit par les traités internationaux pour les animaux tués dans la nature, mais il est autorisé pour les lions élevés en captivité. L’exportation requiert cependant un permis spécial, selon un porte-parole du ministère sud-africain de l’Environnement. Les os de lions sont utilisés à des fins médicinales et pour faire des bijoux en Asie. Plus de 11.000 lions vivent en Afrique du Sud, dont 3.000 en liberté dans les parcs nationaux. En novembre 2018, des législateurs sud-africains avaient recommandé au gouvernement de revoir les règles régissant l’élevage de lions en captivité pour la chasse et la collecte d’os. En septembre 2018, la compagnie Singapore Airlines, la seule à transporter des os de lion de l’Afrique du Sud aux pays d’Asie, a annoncé qu’elle mettait fin à cette activité, note faunesauvage.fr.

Des agents de la faune victimes d’intimidation par des trafiquants

Tard vendredi soir, des agents de la faune qui menaient une opération à Saint-Félix de Kingsay ont été menacés par des individus qui protégeaient ce qui pourrait être une plantation illégale de cannabis. Alors que les agents regagnaient leur véhicule pour s’y réfugier, les suspects se sont approchés, machettes à la main, menaçant les occupants du véhicule. Les agents de la faune se sont enfuis pour ensuite prévenir la Sûreté du Québec de leur mésaventure. La Sûreté du Québec a ouvert une enquête, et pour l’instant, les policiers ne peuvent pas fournir d’autres détails sur cette affaire, renseigne msn.com.

Moctar FICOU / VivAfrik                         

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here