Le réchauffement climatique contraint l’Afrique à baisser ses prévisions

0

Les effets néfastes du changement climatique ne cessent d’affecter les économies africaines. Une  situation qui fait que la croissance en Afrique ne parvient pas à décoller en 2019. C’est ce qu’a révélé la Banque mondiale dans son rapport semestriel. Selon l’institution financière mondiale, cette croissance devrait ressortir à 2,6% contre 2,5% l’an dernier mais ces prévisions ont été révisées à la baisse.

De l’avis de la Banque mondiale, si la croissance africaine peine à décoller, c’est à cause d’une conjonction de facteurs négatifs. En premier lieu la crise climatique, comme le cyclone qui a touché l’Afrique de l’Est en début d’année, détruisant des dizaines de milliers d’hectares de cultures.                    

Le réchauffement de la planète a des effets sur quasiment toutes les économies africaines, a dit Albert Zeufack, économiste en chef pour l’Afrique à la Banque mondiale : « Dans des pays comme le Kenya, ces alternances de sécheresse et d’inondations entraînent une baisse de la production agricole. »

L’Afrique tire un autre boulet : l’endettement. Depuis des mois, la Banque mondiale alerte sur un ré-endettement de l’Afrique, d’autant plus grave que les pays ont de plus en plus souvent recours aux marchés financiers, bien plus coûteux que les dettes d’État à État.

« Dans des pays comme la Zambie, en début d’année 2019, 90% des recettes budgétaires servaient tout simplement à payer le service de la dette et les salaires des fonctionnaires », ajoute Albert Zeufack.

L’économiste en chef de la Banque mondiale pointe aussi les tensions commerciales, notamment entre les États-Unis et la Chine qui entraînent un ralentissement de la croissance globale et donc une moindre demande en matière première, dont l’Afrique est pourvoyeuse : « Nous avons clairement un impact de l’environnement international sur la croissance africaine, à travers les exportations africaines qui ont baissé et notamment les exportations. Les prix, également, sont en baisse. »

Seul point positif, si la Banque mondiale révise à la baisse la croissance pour l’Afrique cette année, elle note aussi que le continent sera plus dynamique que d’autres zones du monde, comme l’Europe et l’Amérique latine.

Moctar FICOU / VivAfrik                         

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here