Sénégal : l’UE et l’AFD s’associent pour la dépollution de la Baie de Hann

0

S’achemine-t-on vers une solution définitive visant à mettre fin à l’anarchie qui prévaut dans la Baie de Hann ? Tout porte à le croire. En effet, l’ambassadrice de l’Union européenne (UE) au Sénégal, Irène Mingasson, et le directeur général délégué de l’Agence française de développement (AFD), Bertrand Walckenaer, vont signer, dimanche 17 novembre 2019 une convention de délégation de fonds dans le cadre du financement du projet de dépollution de la Baie de Hann.

La cérémonie de signature est prévue à la présidence sénégalaise en marge du séminaire intergouvernemental franco-sénégalais, en présence de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances français, Agnès Pannier-Runacher et des ministres sénégalais Amadou Hott de l’Economie, du Plan et de la Coopération et Serigne Mbaye Thiam en charge de l’Eau et de l’Assainissement.

Le projet de dépollution de la baie de Hann est cofinancé par l’Etat du Sénégal, l’Agence française de développement, la coopération néerlandaise RVO et l’UE à plus de 79 milliards de frs CFA, a-t-on indiqué dans un communiqué transmis à la presse.

Le document précise que, dans la perspective de la tenue à Dakar du Forum mondial de l’eau en 2021, ce projet emblématique contribuera à restaurer l’environnement et les conditions sanitaires, économiques et sociales de la Baie, améliorant ainsi le cadre de vie d’environ 40 000 personnes réparties sur les cinq communes de la capitale sénégalaise.

La contribution de l’UE confiée en gestion déléguée à l’Agence française de développement « concourra à l’ajout d’une étape de traitement secondaire à la station d’épuration des eaux usées », poursuit la même source.

Rappelons que cette station était, initialement prévue pour abriter uniquement un traitement primaire, afin de respecter les normes de rejet dans le milieu récepteur en vigueur au Sénégal, relève le communiqué, ajoutant qu’elle contribuera également à financer 30 km de réseaux secondaires pour le raccordement des maisons riveraines, 2000 branchements domiciliaires ainsi que la prestation de maîtrise d’œuvre associée.

Par ailleurs, une partie de cette subvention servira de fonds d’étude afin d’appuyer l’Office national de l’assainissement du Sénégal et la Direction de l’environnement et des établissements classés sur le volet environnemental et social du projet, ainsi que sur la mise en œuvre de la stratégie « pollueur-payeur ».

Selon le communiqué, le projet est un levier pour faire avancer la réforme en cours du secteur, qui vise à introduire le principe « pollueur-payeur » à travers la mise en place d’une taxe contre la pollution et instaurer une redevance d’assainissement pour les usagers raccordés au réseau.

La baie de Hann, le long de laquelle se concentre 60% du parc industriel du Sénégal, a atteint une situation de dégradation très avancée en raison des rejets directs d’effluents domestiques et industriels non traités.               

Pour faire face aux enjeux à la fois environnementaux, économiques et sanitaires auxquels est confrontée la baie, autrefois une des plus réputées au monde, les autorités sénégalaises ont voulu la réalisation d’un ambitieux projet de dépollution qui comprend la réalisation d’un intercepteur de 13 km le long du rivage, d’une station d’épuration des eaux usées, d’un émissaire en mer et d’importants travaux de raccordement en faveur des ménages et des industriels.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here