La SMB remporte le Prix du « Meilleur Projet Minier » lors de l’édition 2019 D’AIFA

0

Paris (France), 6 décembre 2019 – Lors de l’African Investments Forum & Awards (AIFA) 2019 qui s’est déroulé le mercredi 4 décembre, la Société Minière de Boké (SMB), représenté par son directeur général adjoint M. Ismaël Diakité, a remporté le prix du « Meilleur Projet Minier ». Le track-record de la SMB dans l’exploitation de la bauxite, la priorité donnée à la politique RSE et aux relations communautaires, sa récente victoire dans l’appel d’offres des gisements de minerai de fer des blocs I et II de Simandou ont été les principaux éléments qui ont convaincu le jury. Organisé par Leaders League, l’AIFA est une journée d’affaires consacrée au continent africain avec différents panels portant essentiellement sur les secteurs de l’énergie, de la finance et des infrastructures. Près de 700 personnes étaient rassemblées au Pavillon d’Armenonville pour écouter environ 90 intervenants parmi lesquels Jean-Luc Konan, PDG du Groupe Cofina ; William Nkontchou, directeur général d’Emerging Capital Partners (ECP) ; Marc Alberola, CEO d’Eranove ; Bernard Kouassi N’Guessan, CEO de Ciprel ; Ibrahima Diouf, directeur général d’Ecobank International. Durant cette journée, une dizaine de prix ont été remis récompensant des entreprises dans différents secteurs pour leurs performances opérationnelles et financières, renseigne africaguinee.com.

Afrique du Sud : Implats et ses partenaires valident l’étude de faisabilité du projet Waterberg

En Afrique du Sud, Impala Platinum et ses partenaires de coentreprise ont approuvé à l’unanimité l’étude de faisabilité du projet de métaux du groupe du platine (PGM) Waterberg. Une décision d’investissement est attendue d’ici 3 mois. D’après les conclusions de l’étude, il faudra un capital de 874 millions $ pour développer le projet. Ce dernier a la capacité de produire annuellement 420 000 onces de 4E, en plus de 16,7 millions de livres de nickel et de cuivre. L’entrée en production est prévue pour 2023. En cas de décision favorable, Implats devra trouver 200 millions $ pour financer sa part du capital. Certains analystes se demandent cependant si la compagnie ne renoncera pas à ce projet en raison de l’acquisition en octobre dernier de North American Palladium (NAP), mineur canadien de PGM. « Au contraire, NAP renforcera notre capacité à participer à la coentreprise Waterberg […]. Nous évaluons les projets en fonction de leurs mérites propres », a assuré le PDG d’Implats, Nico Muller. Impala Platinum est un producteur mondial de PGM actif sur cinq projets miniers en Afrique australe, dont 3 en Afrique du Sud où elle possède les mines Impala, Marula et Two Rivers. La compagnie détient actuellement 15 % d’intérêts dans la coentreprise Waterberg avec la possibilité de porter sa participation à 50,01 %, lit-on à agenceecofin.com.

Le cobalt classé « minerai stratégique » en RDC

La République démocratique du Congo a classé le cobalt, dont elle est le premier producteur mondial, au rang des « substances minérales stratégiques », selon un décret publié lundi. Par ailleurs l’entreprise publique Gécamines a annoncé lundi un premier accord de « partage de production minière » avec une entreprise chinoise, pour un « meilleur partage des revenus et des retombées » de l’exploitation minière en RDC. « Le cobalt, le germanium et la colombo-tantalite sont déclarés substances minérales stratégiques en République démocratique du Congo », lit-on dans un décret du Premier ministre en date du 24 novembre, et diffusé lundi. Le cobalt est nécessaire notamment à la production des batteries pour les voitures électriques. Dans son nouveau code minier, adopté en début d’année, la RDC prévoit de surtaxer les minerais stratégiques. Ce nouveau code minier prévoit aussi la fin de la stabilité des contrats sur dix ans. Son adoption avait provoqué la colère de sept grandes entreprises étrangères qui avaient claqué la porte de la Fédération des entreprises congolaises (FEC). La FEC est le syndicat patronal présidé par un proche du chef de l’Etat Joseph Kabila, Albert Yuma, par ailleurs patron de l’entreprise publique Générale des carrières et des mines (Gécamines). M. Yuma affirme qu’il veut réviser les contrats entre la Gécamines et ses partenaires étrangers, qu’il accuse de piller les richesses de la RDC. Lundi, la Gécamines a annoncé un premier accord qui « s’inscrit pleinement dans la stratégie de redéfinition de ses partenariats ». L’accord a été passé avec une société de Hongkong, Excellen Mining Investment Co. Ltd, une filiale de la société cotée chinoise Shanghai Putailai New Energy Tech Co Ltd (Putailai). Cette convention prévoit un partage de production sur deux gisements en RDC « dont les réserves pourraient dépasser 1.000.000 de tonnes de cuivre et 100.000 tonnes de cobalt », assure la Gécamines, dans les colonnes de voaafrique.com.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here