Lancement du projet « Dakar ville propre » : Soham El Wardini révèle sa mission

0

Le projet « Dakar ville propre », initié depuis un an a été officiellement lancé vendredi 27 décembre 2019 à la Place de la Nation par la maire de la capitale sénégalaise Soham El Wardini. Le projet sensé régler la problématique de l’insalubrité à Dakar n’a pas encore donné satisfaction. Le constat est sans équivoque, la capitale du Sénégal « reste toujours sale ». Suffisant pour l’édile de Dakar de se fixer pour mission de la « rendre propre ».

« Nous devons rendre à Dakar son lustre d’antan. Dakar ville verte est devenue Dakar ville béton, s’est désolé. Un tel programme vise juste pour le bien être de la population. Dakar est sale et ma mission est de la rendre propre. Et jusqu’à la fin de mon mandat, Dakar ville propre sera ma priorité. Il nous faudra beaucoup sensibiliser pour réussir ce pari. Nettoyer c’est bien mais ne pas salir est mieux ».

Le projet « Dakar ville propre » doté d’un budget évalué à près de 500 000 000 F CFA va œuvrer notamment sur le désencombrement, le pavage, le fleurissement, etc.

Mme El Wardini est par contre consciente que la réalisation de ce projet ne sera pas chose aisée pour elle. C’est ainsi qu’elle a réclamé le durcissement des peines à l’encontre des récalcitrants. Un projet qui tient à cœur le successeur de Khalifa Sall à la municipalité de Dakar.

« Les autorités judiciaires doivent nous aider dans notre mission. Il faut que les peines soient durcies afin de dissuader les fautifs. La municipalité a dépensé beaucoup de millions pour rendre Dakar propre mais jusqu’à présent Dakar reste sale », a déploré le maire de la capitale sénégalaise, Soham El Wardini

Un document transmis à la presse renseigne que « les acteurs culturels de la Ville de Dakar se sont mobilisés pour élaborer un plan d’action en appui aux efforts considérables » du maire. « Avec le développement des réseaux sociaux et la globalisation, une partie des populations et certaines autorités ont résolument pris conscience de la nécessité de prendre en charge cette problématique de l’insalubrité dans la ville », a ajouté le texte.

Qui a conclu que « des bonnes volontés parmi les citoyens s’engagent à nettoyer et entretenir leurs cadres de vie par le biais de Challenges largement relayés par les réseaux sociaux et internet ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here