Guinée : Chalco expédie la première cargaison de bauxite provenant de la mine de Boffa

1

Aluminium Corp of China Ltd (Chalco) a commencé plus tôt cette semaine la première livraison de son premier lot de minerai de bauxite provenant des mines de Boffa en Guinée. Selon un site chinois de suivi des navires, les 55 000 premières tonnes de bauxite ont quitté le port dimanche, dans les cales du navire Qu Shan Hai de Cosco Shipping Bulk. Selon le site Web, la cargaison est destinée à la ville portuaire de Shandong, Rizhao. Chalco n’a fait aucune déclaration officielle concernant l’événement, mais les commentaires d’un représentant de la société mère de Chalco, Chinalco, à la fin de l’année dernière, indiquaient que le premier chargement des mines de Boffa était attendu début décembre. Le porte-parole a déclaré à l’époque que l’entreprise achèverait la construction de la première phase d’une raffinerie d’aluminium d’une capacité nominale de 2 millions de tonnes par an plus tard cette année, bien que les experts pensent que le lot expédié plus tôt cette semaine soit destiné à la capacité de raffinage existante. La mine de boffa a une production annuelle prévue de 12 millions de tonnes. Le projet, d’une valeur de 164 millions de dollars, se base sur environ 736 millions de tonnes de réserves de bauxite. Chalco affirme que le projet ne représente qu’une partie des 706 millions de dollars américains qu’elle prévoit éventuellement investir sur le site. Les améliorations prévues pour la mine comprennent la construction d’installations minières, portuaires et de transport. Chalco n’est pas étrangère à la scène minière guinéenne, car elle y est présente depuis 2012. La société chinoise est associée avec le mineur anglo-australien Rio Tinto sur le projet de minerai de fer Simandou, dans lequel elle détient actuellement une participation de 40%. Chalco fait partie des principaux raffineurs d’alumine en Chine, elle a indiqué une capacité de raffinage de 16,86 millions de tonnes dans son rapport de fin d’année 2017, renseigne intellivoire.net.

Industrie aurifère : les bons filons de Teranga Gold en Afrique de l’Ouest

Pour la quatrième année consécutive, Teranga Gold affiche des volumes de production au-delà de ses prévisions. Des résultats portés par la performance de ses mines d’or Sabadola au Sénégal et Wahgnion au Burkina Faso. La compagnie minière basée à Toronto aborde 2020 sous de bons auspices avec l’acquisition en cours du projet Massawa. Belle moisson pour Teranga Gold en Afrique de l’Ouest pour l’année 2019. La compagnie canadienne annonce une production record de 288 768 onces d’or, dépassant ses prévisions initiales entre 245 000 et 270 000 onces d’or, soit une production annuelle consolidée en hausse de 18 % par rapport à 2018. Des chiffres confortés par la mise en service de la deuxième mine d’or de l’entreprise. Le minier prévoit de publier ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice clos en décembre 2019 à la fin de février prochain. « Wahgnion a atteint la production commerciale le 1er novembre 2019 et a dépassé ses prévisions estimées entre 30 000 et 40 000 onces, avec un total de 47 492 onces d’or. Sabodala a dépassé sa prévision de production comprise entre 215 000 et  230 000 onces pour 2019 pour atteindre un volume de 241 276 onces d’or », a déclaré Paul Chawrun, chef de l’exploitation dans un communiqué du 7 janvier 2020. Depuis 2016, la compagnie aurifère parvient à atteindre des niveaux de production au-delà de ses prévisions, confirmant la haute teneur des gisements exploités principalement au Sénégal et au Burkina Faso. « Notre acquisition récemment annoncée du projet aurifère Massawa à haute teneur nous permettra de transformer le complexe Sabodala-Massawa en un producteur d’or. Nous nous attendons à ce que le complexe Sabodala-Massawa, et notre nouvelle mine, Wahgnion, augmentent considérablement notre production annuelle consolidée et soutiennent l’ambition de Teranga  de se positionner comme producteur d’or à bas prix et de niveau intermédiaire», a ajouté Richard Young, président et chef de la direction, lit-on dans les colonnes du site d’information afrique.latribune.fr.

Alimentaires – matières premières : l’or s’agite, le cuivre monte et le café

Les avancées de la guerre commerciale sino-américaine et les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran au Moyen-Orient ont animé les cours des matières premières cette semaine, agitant notamment le marché de l’or et soutenant celui du cuivre. Les investisseurs ont ainsi pris connaissance jeudi de la visite du vice-Premier ministre chinois Liu He à Washington du 13 au 15 janvier pour signer l’accord préliminaire conçu comme une trêve dans la guerre commerciale entre les deux premières économies mondiales. « L’accord commercial de +phase 1+ entre les Etats-Unis et la Chine se rapproche », a salué Fawad Razaqzada, de Forex.com. « Il pourrait soutenir la croissance économique de la deuxième économie du monde, et donc alimenter la demande en métaux industriels, dont le cuivre », a complété l’analyste. Le président américain Donald Trump avait annoncé le 31 décembre qu’il signerait le 15 janvier, à la Maison Blanche, l’accord partiel conclu avec la Chine après des mois d’affrontement à coup de droits de douane punitifs. Sur le London Metal Exchange, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 6.185,00 dollars vendredi à 15H25 GMT, contre 6.129,50 dollars le vendredi précédent à la clôture. L’or, traditionnelle valeur refuge, est monté cette semaine à des niveaux plus vus depuis plus de six ans et demi dans un contexte d’incertitudes politiques avec la montée des tensions au Moyen-Orient. Le métal jaune a atteint le 8 janvier à 00H00 GMT un plus haut depuis mars 2013, à 1.611,42 dollars l’once. Après un premier pic qui a immédiatement suivi la frappe américaine qui a tué le général iranien Qassem Soleimani vendredi dernier, l’or a connu une nouvelle poussée de fièvre dans la nuit de mardi à mercredi avec la riposte iranienne contre deux bases américaines en Irak. Mais le métal précieux n’aura pas brillé bien longtemps, les investisseurs étant désormais « moins préoccupés par la situation entre les États-Unis et l’Iran », a souligné Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades, souligne zonebourse.com.

Moctar FICOU / VivAfrik            

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here