Lutte contre la pollution plastique : le Cameroun transforme les déchets plastiques en matériaux écologiques et utiles

0

Tous les moyens sont bons pour lutte contre la pollution plastique. Au Cameroun par exemple, des groupes et des entrepreneurs ont développé des moyens innovants visant à réduire la pollution plastique en transformant les déchets plastiques en matériaux écologiques et utiles.   

Selon le, Environ 600 000 tonnes de déchets plastiques ont été identifiées en 2018 si l’on se fie au ministère camerounais de l’Environnement et de la Protection de la nature. Ce volume record justifie suffisamment l’engagement des acteurs impliqués dans la protection de l’environnement.

Récemment déménagé à Douala, la capitale commerciale du Cameroun, l’ingénieur en environnement, Ismael Essome Ebone développe une activité qu’il a commencée dans la station balnéaire de Kribi il y a quelques années – la transformation de bouteilles en plastique en pirogues. Il vient d’ajouter à cette réalisation la fabrication de nouvelles poubelles écologiques et innovantes.

« En plus d’être écologiques, ils sont faciles à manipuler, légers, faciles à entretenir et fabriqués à partir de matériaux locaux et durables », a-t-il soutenu les canoës en plastique.  

Ils sont également moins chers que les canoës conventionnels, qui coûtent entre 100 et 300 euros. Ces prix les rendent plus accessibles aux pêcheurs qui ne peuvent pas se permettre d’avoir une pirogue traditionnelle, a poursuivi M. Ebone. Qui indique que « plusieurs pirogues leur ont été offertes dans le but de promouvoir une pêche durable le long de la côte camerounaise », menant vers l’océan Atlantique.

Les poubelles écologiques de leur côté, sont une véritable innovation que l’on retrouve au carrefour des rues de Douala. Elles ressemblent à des objets d’art ou de décorations de rue mais sont utilisées pour collecter des bouteilles en plastique.

Ainsi, explique-t-il, « nous les avons mises en place afin d’avoir un impact global sur le territoire. Nous voulons montrer aux Camerounais qu’il est possible de limiter la pollution ».

« Pendant les saisons des pluies, par exemple, les inondations sont aggravées par les déchets plastiques. Même les zones de pêche sont envahies par des bouteilles ou d’autres saletés plastiques. Au lieu d’attraper du poisson, les pêcheurs se retrouvent avec plus de déchets dans leurs filets ».

Pour sa part, Jauberte Djamou, qui dirige une association pour la protection des océans, organise plusieurs campagnes de nettoyage et de sensibilisation dans plusieurs villes du pays. La collecte de bouteilles en plastique lors de ces nettoyages permet à des bénévoles de son groupe de fabriquer des meubles – par exemple des fauteuils, des lits et des tables.

A l’en croire, la sensibilisation est essentielle. « Je me concentre sur la sensibilisation. Parce que malgré tout ce que nous faisons pour transformer les déchets, la situation ne change pas. Il y en a toujours plus. J’éduque donc les enfants dans les écoles sur l’importance de protéger l’environnement. »

Roger Milla, une légende du football camerounais, a créé une association qui transforme les déchets plastique en pavés utilisés dans la construction de trottoirs et de cours d’école à Yaoundé, la capitale du pays.

« Nous débarrassons la ville de Yaoundé de tous types de déchets plastiques. Nous les transformons ensuite en pavés. Nous ajoutons de l’oxyde de fer pour donner une couleur similaire aux pavés conventionnels. Nous avons eu cette idée pour lutter contre la pollution due à ces déchets » indique Fegue Pancrase, qui travaille sur ce projet.

M. Pancrase se félicite du succès du projet même s’il regrette qu’au Cameroun, les gens ne soient pas encore sensibilisés au concept du tri collectif. Selon lui, beaucoup ne se sentent pas concernés.

Lors d’une opération de nettoyage l’année dernière, deux entreprises privées ont retiré 1 600 kilogrammes de déchets plastiques de la rivière Wouri à Douala.    

Moctar FICOU / VivAfrik            

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here