Invasion de criquets pèlerins en Afrique de l’Est : l’ONU appelle à une aide internationale

0

L’Est du continent africain fait face à une invasion de criquets pèlerins qui inquiète au plus haut niveau. Suffisant pour l’Organisation des Nations unies (ONU) de demander une aide internationale pour lutter contre les énormes essaims de criquets pèlerins qui balaient cette partie du continent noir. En une seule journée, un essaim de criquets de la taille de Paris pourrait manger la même quantité de nourriture que la moitié de la population française.

Une situation qui n’a pas laissé indifférent le porte-parole de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui a demandé une aide pour « éviter toute menace en matière de sécurité alimentaire, fournir des moyens de subsistance et contrer la malnutrition ».

D’après la FAO, l’Ethiopie, le Kenya et la Somalie sont tous aux prises avec des essaims « sans précédent » et « dévastateurs » d’insectes ravageurs. L’agence onusienne craint que le nombre de criquets pèlerins ne soit multiplié par 500 d’ici au mois de juin 2020.

Poursuivant son inventaire, la FAO ajoute que l’Ethiopie et la Somalie n’ont pas connu d’infestation de cette ampleur depuis 25 ans, tandis que le Kenya n’a pas vu une menace acridienne de cette taille depuis 70 ans.

Pour leur part, le sud du Soudan et l’Ouganda sont également menacés si les essaims continuent de croître et de se propager. « La vitesse de propagation des ravageurs et l’ampleur des infestations sont si élevées qu’elles ont poussé les capacités des autorités locales et nationales à leurs limites », a soutenu la FAO.

Pour qui, la seule option qui reste est la « lutte aérienne », c’est-à-dire la pulvérisation d’insecticide à partir d’un avion.

Les pays d’Afrique de l’Est n’ont pas été confrontés à une infestation de criquets de cette taille depuis des décennies. Les essaims se sont propagés du Yémen à travers la mer Rouge.

Les fortes pluies de la fin 2019 ont créé des conditions idéales pour la prolifération de ces insectes dévoreurs de vivre. Et le problème pourrait s’aggraver au cours de l’année.

Les criquets se sont également reproduits en Inde, en Iran et au Pakistan, qui pourraient se transformer en essaims au printemps. Ils peuvent parcourir jusqu’à 150 kilomètres en une journée. Chaque insecte adulte peut manger son propre poids en nourriture chaque jour.

Selon une fiche d’information de la FAO, un essaim de la taille de Paris pourrait manger la même quantité de nourriture que la moitié de la population française en une seule journée. Les criquets peuvent dévaster les cultures et provoquer des famines dans les pays en développement.

Notons que ces criquets ont traversé la mer Rouge depuis le Yémen. En novembre 2019, les Nations Unies ont mis en garde contre l’infestation de criquets pèlerins en Éthiopie, affirmant que ces créatures pourraient se répandre en Éthiopie et au Kenya si l’on ne s’en occupait pas.

Certains agriculteurs de la région d’Amhara, en Éthiopie, ont perdu la totalité de leurs récoltes. Le mois de décembre 2019, un essaim de criquets a forcé un avion de ligne à dévier de sa route en Éthiopie, signale-t-on.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here