Cameroun : «la croissance économique n’a pas été suffisamment inclusive pour développer le capital humain» (BAD)

0

Selon le rapport de la Banque africaine de développement (BAD) sur les perspectives économiques de l’Afrique en 2020, « en dépit des chocs exogènes et de la crise sécuritaire, l’économie camerounaise a enregistré un taux de croissance estimé à 4,1% en 2019, grâce au dynamisme du secteur tertiaire et à la croissance de la consommation et des investissements ». Cependant, souligne la BAD, cette « croissance économique […] n’a pas été suffisamment inclusive pour développer le capital humain ». Traduction : malgré l’augmentation de la valeur ajoutée produite en 2019 par l’économie camerounaise, l’embellie n’a pas été ressentie dans le quotidien des populations. En effet, explique la BAD, « les résultats en termes de développement humain sont médiocres, et le Cameroun est classé au 151e rang mondial (21e rang africain) dans l’indice du développement humain 2018. Le taux de pauvreté a modérément reculé, (passant de 39,9% en 2007 à 37,5% en 2014), mais le rythme actuel ne permettra pas d’atteindre deux des objectifs du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi : un sous-emploi de la main-d’œuvre tombant de 76% à 50% et un taux de pauvreté de 28,7 % en 2020 », a appris l’agenceecofin.com.

Développement de l’Afrique : Microsoft 4Afrika outille les jeunes

A l’occasion du 7eme anniversaire de Microsoft 4Afrika, une table ronde a été organisée ce matin au siège de Microsoft à Dakar. Cette rencontre s’inscrit selon Yacine Barro Bourgault, responsable du segment Pme/Pmi chez Microsoft Moyen-Orient et Afrique dans le cadre de faire le point sur les actions mises en œuvre par Microsoft 4Afrika à travers les formations et partenariats menés pour autonomiser les jeunes du continent africain. L’initiative Microsoft 4Afrika a touché, d’après un document remis à la presse lors de la table ronde, 1.7 million de petites et moyennes entreprises, soutenu 300 start-ups, 12 partenariats d’accélération, et a formé 10800 africains à la Microsoft cloud society. Aussi, note-t-on ladite initiative a placé 926 stagiaires chez 176 partenaires avec un taux d’emploi de 85%. Cette initiative qui, pour les responsables de Microsoft Dakar, a été reconnue par l’International finance corporation comme un exemple de meilleure pratique en matière de développement en Afrique Subsaharienne, a été mise en place pour autonomiser les jeunes africains et à accélérer le potentiel numérique du continent. « Le partenariat stratégique entre Usaid et Microsoft 4Afrika pour la mise en œuvre des Centres régionaux de leadership (RLC) de l’initiative des jeunes leaders africains (Yali RLC) a permis de former plus de 11000 jeunes africains », indique Mme Bourgault. Les quatre RLC (Kenya, Afrique du sud, Ghana, Sénégal) ont pour but d’encourager l’apprentissage autour de la transformation et d’améliorer les compétences en matière de leadership, dit le responsable de Microsoft. C’est ainsi qu’à Dakar, le Centre régional de leadership a « formé 3000 anciens élèves grâce aux programmes hybrides  et en ligne qui compte de nos jours 1000 participants ». « Les efforts de Microsoft4Afrika se concentrent sur notre population jeune afin de s’assurer que la technologie puisse bénéficier à tous les jeunes pour devenir les leaders de demain » confie enfin à lejecos.com, Yacine Barro Bourgault.

Cote d’Ivoire: Accès à l’eau potable – En 2020, le gouvernement compte investir plus de 290 milliards FCfa

Ibrahima Berté, directeur général de l’Office national de l’eau (Onep), a annoncé récemment que l’Etat ivoirien va investir plus de 291 milliards de FCfa (environ 445 millions de dollars), au cours de l’année 2020, à l’effet de satisfaire les besoins nationaux en eau potable. Cet investissement, selon lui, vise d’une part, à améliorer la desserte en eau des populations, et d’autre part, à porter le taux d’accès à l’eau potable à 95%. A l’en croire, cet investissement entre dans le cadre de la vision du programme « Eau pour tous » mis en place par le gouvernement, et visant à atteindre un taux de 100% d’accès à l’eau potable au niveau national d’ici à 2030. Le coût total de ce programme est estimé à 1320 milliards de FCfa. Dans l’une des déclarations du ministre de l’Hydraulique, Laurent Tchagba, le taux de couverture national en eau potable est estimé à 82% en 2019, renseigne allafrica.com.

Moctar FICOU / VivAfrik                                

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here