L’Ouganda envahit par des essaims de criquets pèlerins destructeurs

0

Les moyens d’existence des populations rurales africaines sont menacés par l’invasion de centaines de milliards de criquets pèlerins destructeurs. Ces essaims de criquets pèlerins qui ont traversé la Corne de l’Afrique sont arrivés en Ouganda dimanche 9 février 2020. C’est ce qu’a annoncé un ministre ougandais Chargé de la région frontalière du Karamoja (nord-est) où les insectes ont été repérés, Moses Kizige au moment où le Premier ministre tenait une réunion d’urgence sur les moyens de lutter contre ce fléau.

« Les crickets sont entrés dans le pays aujourd’hui » (dimanche 9 février 2020, en provenance du Kenya), a-t-il précisé.  

Des essaims de criquets ont dévasté l’approvisionnement alimentaire du Kenya, de l’Ethiopie et de la Somalie, et l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que la situation est la pire depuis vingt-cinq ans.

L’invasion de criquets a été déclarée « urgence nationale » en Somalie, dans l’une des régions les plus pauvres et les plus vulnérables du monde.         

D’épais nuages de crickets affamés se sont répandus depuis l’Ethiopie et la Somalie jusqu’au Kenya, où le FAO a estimé qu’un seul de ces essaims couvrait une surface de 2.400 km2, la taille du Luxembourg. Un tel essaim contiendrait quelque 200 milliards de criquets – et chacun dévore chaque jour l’équivalent de son propre poids (deux grammes), soit un total de 400.000 tonnes de nourriture. Il est capable de parcourir 150 km par jour et de ravager les moyens d’existence des populations rurales dans sa course effrénée pour se nourrir et se reproduire.

La FAO met en garde contre l’arrivée de criquets affectant toute une région. Si le phénomène s’aggrave, sur un an ou plus, il devient une « invasion » de criquets. Il y a eu six « invasions » de criquets au XXe siècle, dont la dernière s’est produite en 1987-89.

Moctar FICOU / VivAfrik                                                   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here