14,4 millions de personnes affectées par le changement climatique en Afrique Australe

0

L’ONG CARE sur place a alerté qu’aujourd’hui, 14,4 millions de personnes souffrent de la faim en Afrique australe. En effet, la crise alimentaire qui touche actuellement l’Afrique australe est directement liée au changement climatique : la région se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde et doit faire face à des chocs climatiques récurrents extrêmement imprévisibles.   

Au cours des cinq dernières années, la région de l’Afrique australe n’a connu qu’une seule saison des pluies normale ! Inondations soudaines, précipitations irrégulières et sécheresses sont les facteurs qui ont décimé l’agriculture en Afrique Australe. Ces années consécutives de chocs météorologiques ont affecté la résilience à long terme et la capacité de reconstruction des populations qui n’ont pas les ressources ou le temps de se remettre d’une mauvaise saison ou de reconstituer des stocks de nourriture. Des pays comme le Mozambique, le Malawi et le Zimbabwe subissent encore les conséquences de la dévastation causée par les cyclones Idai et Kenneth l’année dernière.

« Nous n’avons pas assez de nourriture alors parfois, je ne mange pas pendant un jour ou deux pour que ma fille puisse avoir de quoi manger. Mais je suis enceinte et la plupart du temps mon estomac me fait mal, je sens que le bébé dans mon ventre à faim lui aussi », raconte Rachel, 18 ans, qui vit dans la région de Zaka au Zimbabwe.

« Les cas de malnutrition aigüe augmentent dramatiquement en Afrique australe. Les conséquences pour les populations d’Afrique australe, et particulièrement pour les enfants, sont terribles : 29% des enfants souffrent d’un retard de croissance dont les impacts physiques et intellectuels les affecteront toute leur vie. Et le risque de décès augmente pour plus d’un enfant sur quatre ! Des millions de vie sont en danger », alerte Matthew Pickard, directeur de l’ONG CARE dans la région.

Avec la crise climatique mondiale, les évènements météorologiques extrêmes et les sécheresses sporadiques, comme celle qui touche actuellement l’Afrique australe, ne sont plus une exception mais deviennent la nouvelle norme dans de nombreuses régions du monde. Pour y faire face et sauver des centaines de millions de vies, il faut renforcer la résilience, l’innovation et l’adaptabilité des communautés face à la détérioration des conditions climatiques, mais pour cela les associations humanitaires manquent cruellement de financement.

CARE appelle la communauté internationale à se mobiliser face à l’urgence en Afrique australe : il faut mobiliser plus de financements pour l’aide humanitaire à court terme ainsi que pour des programmes de renforcement de la résilience à plus long terme.

L’action de CARE

CARE vient en aide aux personnes touchées par la sécheresse au Zimbabwe, au Malawi, en Zambie et au Mozambique à travers des distributions d’urgence de nourriture, l’installation ou la remise en état de systèmes d’approvisionnement en eau, le soutien à l’agriculture avec la mise en place de pratiques agricoles durables et respectueuses de l’environnement pour augmenter la productivité et la rentabilité. CARE soutient en outre des groupes d’épargne villageois pour permettre aux populations d’avoir différentes sources de revenus et ainsi devenir plus résilients au changement climatique et aux catastrophes naturelles récurrentes.

Moctar FICOU / VivAfrik

Avec carefrance.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here