L’île de Djerba (Tunisie) sans eau potable

0

La Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux SONEDE a prévu des travaux de maintenance au niveau des installations de dessalement d’eau de mer dans la région de Mzaaria à l’île de Djerba dans le gouvernorat de Médenine. Ces travaux provoqueront donc une perturbation au niveau du système d’approvisionnement en eau potable à partir de mardi 18 février 2020 à 15 heures, comme l’a annoncé la SONEDE dans un communiqué rendu public ce lundi. La reprise de distribution d’eau potable est programmée à partir de minuit, a expliqué realites.com.tn.

Vente « d’eau potable » au Mali : une dangereuse libéralisation !

Quel est le produit le plus consommé au Mali et dans le monde ? L’eau naturellement ! Mais, autant celle-ci est vitale, autant sa consommation dans certaines conditions peut être mortelle. En effet, de plus en plus, l’on assiste à une mise sur nos marchés, gares et dans les rues, de sachets plastiques d’eau, cédés aux consommateurs à 25 ou 50 FCFA. De plus en plus vulgarisés, et accessibles à tous, ces sachets d’eau sont vendus à la sauvette. Cependant, les règles essentielles d’hygiène dans leur conception sont biaisées. « L’eau contenue dans ces sachets plastiques sont d’une dangerosité réelle », indiquent les spécialistes. A ces eaux, s’ajoutent d’autres dites minérales. Présentées, celles-ci, comme plus saines que l’eau courante (de grande consommation produite par SOMAGEP), ces eaux minérales naturelles produites au Mali, s’avèrent, elles aussi dans nombre de cas, d’une extrême vulnérabilité aux infections bactériennes. En effet, contrairement à ce que pensent nombre de nos concitoyens, ces eaux dites minérales et naturelles ne sont souvent soumises à aucune prescription particulière d’hygiène ou de diététique qui les distinguent de l’eau de grande consommation traitée et produite par la société Malienne de production  d’eau potable. A en croire les spécialistes, les qualités de substances physico-chimiques qu’elles renferment (certaines eaux minérales au Mali) dépasse dans nombre de cas, le seuil de limites autorisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et pour cause.  On n’y ajoute pas du chlore afin de ne pas altérer leur caractère naturel. Or, c’est justement ce même chlore (substance de l’eau de javel) qui permet d’éliminer les bactéries. Raison pour laquelle, après les différentes phases de décantation de l’eau fluviale qu’elle traite. La SOMAPEP y ajoute du chlore, seul produit susceptible d’éliminer véritablement les bactéries. Bien que pures à l’état naturel, les eaux minérales auxquelles sont extrêmement vulnérables aux attaques bactériennes, quand elles ne sont pas associées au chlore à la différence de l’eau traitée par SOMAPEP. Toujours selon nos sources, les eaux minérales renferment également un pourcentage très élevé en sodium, potassium, calcium… et autres. Des pourcentages, qui, dépassent les limites imposées par l’OMS en ce qui concerne les eaux de grande distribution, a analysé bamada.net.

Enquête mondiale sur le marché mondial de l’eau potable en bouteille par fabricants, régions, pays, types et applications, prévisions jusqu’en 2024

Le marché de l’eau potable en bouteille était évalué à XX millions de dollars américains en 2018 et devrait atteindre XX millions de dollars américains d’ici 2024, à un TCAC de XX% au cours de la période de prévision. Dans cette étude, 2018 a été considérée comme l’année de référence et 2019 à 2024 comme la période de prévision pour estimer la taille du marché de l’eau potable en bouteille. La recherche professionnelle sur le marché mondial de l’eau potable en bouteille 2014-2024 est un rapport qui fournit des détails sur l’aperçu de l’industrie, la chaîne de l’industrie, la taille du marché (ventes, revenus et taux de croissance), la marge brute, les principaux fabricants, les tendances de développement et les prévisions.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here